Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 10:49

Le 23 Avril les Français, à l’issue d’une campagne électorale douteuse, ont placé en tête avec 24% des suffrages un candidat illusionniste sans programme, largement confirmé au second tour uniquement parce que son adversaire se montra d’une inexcusable et véhémente incompétence.

Le 18 juin, les Français s’abstinrent très majoritairement à près de 58% d ‘entre eux de concourir à l’élection d’une Assemblée Nationale dont la représentativité n’est de ce fait plus assurée.

Au lendemain de ces différentes élections, les affaires tenues sous le boisseau auparavant, ont mis en cause 5 ministres du premier gouvernement Macron , le candidat autoproclamé de la moralité en politique…tant de ministres discutables en si peu de temps, est ce le résultat d’un laxisme complice ou celui de l’immaturité du nouveau Président ?

En réalité chacun voit bien que dès les urnes remisées, ce qui était caché par des medias voire une justice complice refait surface aussi surement que l’eau contenue artificiellement.

La macronmania , parce que construite sur l’équivoque, le mensonge, et les intérêts étrangers risque très rapidement de laisser la place au désarroi de ceux qui se laissèrent abuser.

En tout état de cause, un Président élu par défaut, soutenu par une Assemblée Nationale très mal élue, ne peut se prévaloir d’une légitimité suffisante pour faire autre chose qu’expédier les affaires courantes.

Il n ‘ a aucune légitimité pour engager plus avant la France dans les abandons de souveraineté, et de ce point de vue le départ des ministres du Modem et particulièrement de la supranationale hystérique Goulard est une excellente nouvelle.

Comment les godillots de l’Assemblée Nationale en guenille du fait de l’abstention record pourraient il reformer le pays profondément sans susciter les oppositions violentes de la rue ?

Bref ce pouvoir, issu de la manœuvre et de l’illusion, n ‘ est pas !

Il est celui de l’Illégitimité en Marche !

Dès lors, comment certains issus de la droite peuvent ils songer à la secourir ?

Les tergiversations, les compromis de partis n ‘ont que trop duré !

Les Républicains doivent assainir leur parti : les « Constructifs » , relents de l’UDF, doivent être éloignés sans faiblesse pour pouvoir enfin, sur une base patriotique et entreprenante reconstruire une vraie droite française. 

Ailleurs , les différents patriotes du 1er tour de la présidentielle doivent tirer honnêtement les leçons de leur échec pour pouvoir se rassembler, avec de nouvelles équipes plus compétentes plus efficaces

La France a besoin du retour d une volonté de puissance collective faisant pièce au misérabilisme partageux des 40 dernières années.

La France a besoin de retrouver la voie de l’effort optimiste et courageux, faisant pièce au pessimisme chronique.

La France a besoin d’air frais, faisant pièce à la respiration assistée des administrations.

La France a besoin d ‘éducation responsable faisant pièce au laxisme de l’Education nationale.

La France a besoin de fermeté intransigeante, de résolution violente face à tous les terrorismes, faisant pièce à la mollesse d’Etat depuis 20 ans.

Voilà ce que commande l’avenir de la France et ce que l’on devrait espérer d’une vraie droite nationale

Roger Franchino

Repost 0
Published by Roger Franchino
commenter cet article
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 20:07

Voici, au terme d’une campagne présidentielle trop longue, d’une médiocrité inégalée, qui fut le jeu de toutes les manipulations, le moment du choix final (et surement du soulagement ) après une parodie de démocratie.

La première partie fut une orchestration de télé réalité au travers des primaires, véritables jeux de cirque pour le bon peuple, tandis que dans l’ombre le système et les intérêts financiers qui le soutiennent ourdissaient le complot qui doit donner le pouvoir à sa marionnette.

La seconde fut une campagne où les médias, auxiliaires du système et propriétés de ces intérêts privés, firent une campagne outrageusement orientée, censurant des le départ toute diversité grâce à un CSA à la botte, pour arranger le choix des Français en sorte que précisément ils n ‘aient plus le choix.

Ainsi le 1 er tour s ‘acheva comme il avait été voulu, organisé, et ordonné par le système, par une tentative de reconstitution de l’imposture du Front Républicain autour du « bon » candidat, celui d’une sorte de Parti Unique de la bonne conscience de circonstance, de l’échec passé constant, et de l ‘abus de confiance.

Ce système a une apparence : les partis qui ont conduit depuis 40 ans la France au désastre moral et économique et les médias qui vivent de leurs jeux.

Il a une réalité : des intérêts financiers privés consanguins avec une caste d’énarques et de hauts fonctionnaires qui prospèrent dans une Europe allemande et libérale vue de Washington comme le bras économique indispensable de l’Otan.

Dimanche il faut choisir non le vainqueur puisque, face au Parti Unique, les dissidents dont les idées sont envoyées dans les camps de redressement de la bienséance soumise et laxiste,  n'ont guère d'espoir de  gagner.

Alors que peut on choisir encore ? que doit on choisir ?

D ‘un côté nous avons une candidate de l’incompétence économique qui a tenté de dissimuler derrière l’invective son impréparation à assurer le pouvoir : ce n ‘est pas une surprise, le système l’a choisie pour cela.

Certains, non issus de sa mouvance mais fidèles à la France, l’ont courageusement soutenue sans toutefois assortir fermement ce soutien, comme cela leur était vivement recommandé, d’un remaniement profond d’un programme économique obsolète et irréaliste.Le débat de l’entre deux tours fut donc meurtrier comme c ‘était prévisible pour cette candidate.

De l’autre le candidat du Parti Unique, inexpérimenté, avançant masqué, mais doté d’un programme de soumission à une Europe allemande renforcée par un ministre fédéral de la zone €, d’une médiocre ambition de croissance laissant à la précarisation des salariés le soin de réduire le chômage marginalement.

Ce même candidat est aussi celui du délitement social, l’immigration servant à la fois la baisse du coût du travail et la dissolution nationale rêvée, celui du laxisme idéologique et de la repentance assumant enfin le soldé de l héritage des sortants que l’on retrouvera bientôt galopant dans les allées du pouvoir, c ‘est à dire dès le 8 Mai à 11 h du matin.

 

France Rebelle a toujours défendu l’idée d’une France éternelle, pacifique, portant une certaine idée de l’Homme et de la société.

Cela ne va pas sans souveraineté et sans rayonnement

Cela ne va pas sans puissance économique et sans cohésion sociale.

C’est pourquoi nous avons soutenu que notre France doit retrouver une croissance annuelle de 3% pour mettre fin au chômage qui la détruit, que pour cela il faut faire de ce pays le pôle le plus attractif d’Europe pour les investissements, ce qui implique aussi un redimensionnement de l Etat malade de sa boulimie.

C ‘est pourquoi, nous avons soutenu, que cela ne serait possible sans faire des Français des partenaires majeurs de leurs destins, non pas une fois tous les 5 ans par un vote manipulé, mais chaque jour dans leurs entreprises : c ‘est cela notre choix pour la cogestion, partage des responsabilités et partage des fruits de la croissance.

Et c ‘est pourquoi, nous encourageons une politique de responsabilité depuis la famille, l ‘éducation, l’enseignement, jusqu’à la retraite, loin de l’illusion du misérabilisme gaspilleur des étatistes de tous poils.

C’est pour cela enfin que nous voulons une Europe des Nations, coopérant pour les principales sur un pied d’égalité, mettant en commun ce qui peut l’être mais gardant leurs souverainetés sur l’essentiel dans l’intérêt bien compris de toutes les parties. Le fédéralisme en violant les nations millénaires est une menace pour l’amitié des peuples et la paix en fomentant des déséquilibres qui les dresseront les uns contre les autres.

Forts de cela il est clair que France Rebelle ne saurait soutenir en aucun cas la marionnette du Parti Unique qui est un complot contre la place de la France dans le monde, contre l harmonie en Europe, contre  l essence de la Nation, et contre le bonheur des Français.

En revanche, il est difficile à nombre d’entre nous de reporter leur choix sur la candidate de l’incompétence économique puisque de l ‘économie dépend le redressement ou la faillite de la France dans les 5 années qui viennent.

En meme temps, voyant bien qu’une recomposition profonde va s’opérer autour d’un tripartisme entre marxistes, centre euro soumis, et souverainistes, dont nul ne sait ce qu'elle sera, nous porterons notre soutien à toute initiative qui sera conforme à nos convictions ici rappelées.

En conséquence chacun choisira Dimanche en conscience,en fonction de ses propres analyses pour l'avenir,  mais sans concession pour la dictature de l’effacement dont chacun doit faire en sorte que l ‘éventuelle victoire, si elle s ‘avère, soit la plus chiche possible !

Roger Franchino , President, Marc Mechin , Pierre André Revol, Anne de Vimeaux, Amélie Duchardel, Vice présidents de région

 

 

Repost 0
Published by Roger Franchino - dans politique
commenter cet article
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 21:20

Nous avons écouté, nous avons échangé, nous avons proposé , nous avons soutenu parfois contribué.

Nous avons fait ce que nous devions, conformément à ce que nous, entrepreneurs ou dirigeants étions convenus lors de notre congrès à Brighton les 8 et 9 Novembre 2016.

Notre projet était de redonner à la France sa place et aux Français l'assurance d'un avenir meilleur en réduisant massivement le chômage:

  • Attaquer différemment le chômage de masse qui détruit notre société : 3% de croissance annuelle pour une baisse de 50% des sans emplois

 

  • Encourager la révolution verte dont notre survie dépend en même temps qu’elle peut être à l’origine d’une forte croissance par l’introduction de nouvelles technologies.

Pour cela il convenait d'entreprendre une reforme profonde des esprits et des structures

  • Renverser la culture gauchisante de l’ensemble du corps politique en faisant de l’entreprise le cœur des attentions, car seules les entreprises créent les richesses et les emplois quand l’Etat crée des charges.

 

  • Réduire sans faillir un Etat malade de sa boulimie qui en pompant 57% du PIB, soit 1300 milliards €, poursuit une soviétisation sournoise de la société qui menace aussi nos libertés.

 

  • Retrouver notre souveraineté économique par la maitrise de la monnaie, la fin du dumping des travailleurs détachés, préférence nationale pour les commandes publiques, la mise en place progressive d’une taxation des produits non recyclable

 

La campagne présidentielle, après la télé réalité des primaires, patauge dans une médiocrité inégalée depuis 60 ans, le scandale , la manipulation, la trahison et l'incompétence rivalisant pour jeter aux Français le spectacle d'une débâcle morale et intellectuelle historique de la caste politique.

L 'un promet le bonheur de l'oisiveté, l'autre les mirages d'un grand soir, l'autre de marier la carpe et le lapin , l'autre emploi et puissance en restant à l'ombre de l'Allemagne, l'autre la croissance avec des chèques en bois et toujours plus de fonctionnaires, l'autre d'envoyer tout bouler comme s'il suffisait de coups de menton...

 

Bref tout cela est voué à l'échec, à LEUR échec mais à NOS problèmes, vous le savez bien, vous qui gérez vos entreprises non avec les deniers des autres, mais avec vos ressources. Les Français le savent désormais aussi

 

Notre mouvement est traversé par deux orientations complémentaires, l'une correspond à la réforme profonde des mœurs , de la société et de l'Etat indispensable au redressement, l'autre appelle à retrouver la souveraineté sans laquelle la reforme , se heurtant à la réduction indispensable des dépenses , ne pourrait aboutir.

Ces dernières semaines vous nous avez fait part de votre lassitude mêlée de dégout au vu des cuisines politiciennes et des petits ralliements de professionnels de la compromission qui se ruent vers les strapontins espérés, encouragés par des candidats à l'affut de tout mercenaire supposé apporter son lot de voix comme si les votes leur appartenaient. La liste est longue de Bayrou à Valls d'un coté , des ex sarkozystes de l'autre.

Insondable naïveté, désastreuse éthique!!

 

Dans ce contexte, votre mouvement avait proposé un choix dicté par la perte de crédibilité d'un candidat, et par la nécessité de retrouver notre liberté en Europe, mais il n 'était pas unanime.

Nous sommes trop petits pour ne pas nous rassembler pour peser, et trop grands pour nous replier sur des choix individuels.

C'est pourquoi votre Comité exécutif vous convie à une assemblée extraordinaire ( à dessein nous refusons le terme de "meeting"! ) ce Samedi 8 avril à Paris pour arrêter un choix de soutien, les modalités et les conditions de ce soutien car nous ne donnerons à personne de blanc seing, préparer la lettre adressée au candidat éventuellement retenu et la communication que nous en ferons au Medef, à la CGPME et dans nos instances professionnelles régionales.

Anne de Vimeaux vous adressera individuellement les modalités pratiques de notre assemblée extraordinaire: merci de lui confirmer par retour votre présence.

A samedi!

Roger Franchino , Président , Marc Méchin, Pierre André Revol, Anne de Vimeaux, Amelie Duchardel Vice présidents de région

Repost 0
Published by Roger Franchino
commenter cet article
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 16:04

Un individu peut être élu légalement, mais être illégitime au regard de la moralité, de la démocratie, ou encore de l’Histoire de la Nation.

En juin 1940 l ‘exemple parfait fut donné par Pétain qui obtint légalement les pleins pouvoirs de l’Assemblée Nationale, mais devint illégitime en trahissant tout à la fois la moralité, la démocratie et la France.

Pétain fut longtemps le représentant légal d’une France vaincue. Fut-il jamais son représentant légitime dès que lors que ses miliciens traquaient les juifs, que la démocratie avait été assassinée par la Révolution Nationale et que les ordres se prenaient (déjà) à Berlin ?

De même en 2017, un candidat élu parmi les trois qui ont ou pourraient avoir des démêlés avec la Justice et la moralité peut être légalement élu.

Serait il légitime à représenter la France et les Français ??.

Le serait il au regard de la démocratie ?

Poser cette question pré suppose que la démocratie soit bien vivante, que le choix de chacun soit divers, que le libre arbitre s’exerce sans limitation ni contrainte, ces conditions dépendant notamment de l’information qui ne saurait préjuger à l’avance du choix des électeurs.

Or qu’a t on observé depuis le début de cette interminable élection Présidentielle ?

En premier lieu, les primaires des Républicains et du Parti Socialiste ont saturé des mois durant écrans et radios de leurs débats d ‘appareils, réduisant à portion congrue les autres courants de pensée comme si le destin de la France se limitait au choix entre différentes variations des mêmes partitions, toutes fracassées par 40 ans d’échecs

Ce monopole accordé aux petites manœuvres et grandes gesticulations avait pour objet de faire croire que c ‘est l’interprétation qui pouvait faire des tubes avec des navets!

Nous y gagnâmes Fillon et ses casseroles d’un côté, Hamon, ses pétards et la canne à pêche de l’autre.

Pour assurer l’avenir, la mise en scène des ombres a été agrémentée de celle d ‘un jeune espoir du système, parfaitement apatride de cœur, baignant jusqu’à la glotte dans le désastre du quinquennat finissant.

Et ce système qui possède TF1 ( Bouygues) , BFMTV ( Drahi) , et sa presse patentée ( Le Monde..) s ‘est mis en quatre pour installer en tête de gondole son nouveau produit Macron, qui est à Hollande ce que le Coca Light est au Coca avec un emballage vintage façon Giscard.

Bref, les médias au lieu d’ouvrir le débat en accueillant la nouveauté, en suscitant le différent, se contentent de servir les interprètes du système.

Dès lors ils censurent par le silence tout ce qui déroge, murmure, ou chahute.

Dans le cas de TF1 , on bâillonne sans hésitation tout ce qui ne chante pas la messe en sabir bobo europhile plus ou moins libéral, plus ou moins socialiste mais de préférence rhénan.

Le « la » n ‘est plus donné par l’éthique démocratique mais par les sondeurs dont les prévisions ne sont guère plus fiables que les entrailles de poulet chères à la Rome antique.

Il faut faire plus de 10% des voix chez IPSOS, comme il faut faire moins de 3% de déficit à la BCE, l’un comme l’autre n’étant justifié par rien d autre que l’ambition de mettre la liberté sous tutelle.

Dès lors seront resservis indéfiniment les mêmes recettes, avec les mêmes hommes et femmes coupables des mêmes erreurs, jusqu’à ce que le peuple de France, fatigué d’élire légalement des apparatchiks du système qui le conduit à l’appauvrissement et à l’asservissement, s’aperçoive que tout ce monde là qui s’arrange avec la morale, la démocratie et la Nation est illégitime.

Et ce jour là, il sera trop tard pour la démocratie !

Le courage de Nicolas Dupont Aignan est d’avoir publiquement censuré les censeurs de TF1 et montré aux Français le chemin de la rébellion dont notre pays a un besoin vital en cette cruciale année 2017.

 

Roger Franchino

 

 

Repost 0
Published by Roger Franchino
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 23:42

L’année 2016 s ‘est achevée, comme les cinq précédentes, dans la détresse de notre pays depuis trop longtemps en déshérence.

A l’intérieur la poursuite du chômage de masse en dépit des bricolages administratifs et son corollaire le déchirement social, lui même aggravé par l’échec de l’assimilation d’une part croissante de la population parfois tentée par les mirages de l’islamisme.

A l’extérieur, l ‘arrivée au pouvoir aux USA d’un homme fantasque et dangereux pour l’équilibre et la santé du monde, tandis que l’Europe de plus en plus germaine avec le Brexit vit la fin prévisible d’une utopie.

L’intérieur comme l’extérieur, vous le sentiez confusément appelaient un changement radical, et vous aviez raison.

Vous vouliez un homme de caractère, animé d une ambition pour la France, capable de changer le cours des 20 dernières années, de redynamiser une économie affligée d’une mortelle langueur depuis plus d’un lustre, de reformer un Etat dont le coût disproportionné loin d’avoir un effet d’entrainement est devenu un boulet, de conduire une guerre idéologique contre les valeurs laxistes issues de 1968, de rétablir l’ordre menacé par le terrorisme intérieur.

Vous le rêviez aussi désintéressé et inattaquable que l’était le Général De Gaulle, car c ‘était pour vous, une condition indispensable pour demander à chaque Français l’effort que l’état de la France appelle.

François Fillon a semblé répondre à vos attentes jusqu’à ce que durement mis en cause personnellement, il se montre dans l’incapacité par la démonstration éclatante de sa probité à faire taire ce qui n aurait dû être que calomnie ou complot.

Alors certains élus échafaudent d improbables plans B qui tiennent du sauve qui peut avec des personnes au passé entaché que vous avez écartées, alors que vous rêvez d’un homme d’Etat, d’une sorte de chevalier blanc capable d ‘entrainer la France que vous aimez !

Pendant ce temps la gauche soixante huitarde , dont l’idéologie insidieusement a érodé tous les ressorts de la société depuis 40 ans, retrouve à visage découvert un héraut avec Benoit Hamon prochain concubin des derniers mohicans soviétiques de Mélenchon

De l ‘autre, Macron  est la réplique à 40 ans de distance de l’imposteur Giscard, qui dissimula sous les gadgets de la jeunesse, des effets de style, et de l ‘accordéon, une droite du mépris et du renoncement national tels que l’alignement sur l Allemagne et le début de la langueur économique, pour s’achever par l’affaire des diamants de Bokassa, la courte échelle à Mitterand et 14 ans de dilapidation nationale.

Enfin, laissons le Front National, souverainiste empêtré dans un programme économique proche de celui du Front de Gauche, dont l ‘accès aux clés de l’Etat refusé par une large majorité le réduit au rôle de figurant éternel du 2eme tour au service de mauvais candidats.

Devant ces choix désastreux si vous êtes gaulliste d ‘héritage, pourquoi ne pas faire enfin le seul choix de bon sens qui est de l’être enfin, en confiance, pour les 5 ans qui viennent ?

Qui veut faire que la France crée les vrais emplois dont est privée sa jeunesse, ressoude une société écartelée, et retrouve son rang dans le monde avec une industrie forte porteuse de jobs à forte valeur ajoutée ?

Qui soutient qu’il n ‘est pas d’autre voie possible qu’un allègement résolu du coût du travail, et qu’une incitation puissante à créer des emplois en France par une baisse sans précédent de l impôt sur le bénéfices réinvestis ?

Qui prétend que cette baisse de la fiscalité sur le travail et l’investissement ne peut être consentie sans une sensible diminution de la dépense publique consacrée à l explosion des charges de fonctionnement et d’assistanat au détriment de l investissement  d'Etat,  seul porteur de croissance contrairement à ce que défend le corporatisme des administrations  ?

Qui cependant rappelle que ces efforts ne sauraient atteindre les fondements de notre contrat social depuis 1944, notamment les acquis de la Sécurité Sociale, car sans solidarité nous perdrions l’unité ?

Qui a compris que notre pays à la démographie dynamique mais à l’industrie sinistrée ne peut avoir les mêmes contraintes de développement que son voisin vieillissant mais doté d’une industrie puissante qui surclasse toutes ses concurrentes européennes depuis près de 100 ans ?

Qui montre que c ‘est avec une Europe attentive à la diversité des peuples que celle ci pourra reconquérir les cœurs transis ?

Qui veut rétablir l’Instruction des enfants, assurer l’assimilation à la France plutôt que le  « vivre ensemble » communautariste, rétablir la sécurité par la fermeté de la Justice, l’action sans entrave de la police, le contrôle des frontières et le renforcement de nos armées ?

Enfin et surtout au moment où vous doutez, qui a fait le sacrifice des honneurs ministériels pour choisir ses convictions et la France depuis plus de 10 ans ?

Nicolas Dupont Aignan!!

Nicolas Dupont Aignan , un homme à la constance  raillée par des medias dont vous mesurez en ce moment parfois la veulerie , mais ces medias qui vous  ont répèté à l'envie qu'il n 'y a pas d'alternative aux candidats du système,  n ‘auraient ils pas soutenu en 1940- 1942  que l’avenir de la France c’était Pétain et le Reich ?? 

Alors engagez vous dès maintenant dans la France libre, l'unique qui fera la France qui vous correspond, celle que vous propose Nicolas Dupont Aignan !!

Vive la République et Vive la France !!

Roger Franchino

Repost 0
Published by Roger Franchino - dans politique
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 10:38

Les 8 et  9 novembre , enchantés de se retrouver à plus de 300 , touchés par l’accueil de la belle ville de Brighton, les adhérents de France Rebelle étaient venus flairer  ce pays, toujours différent, après son choix de quitter l UE.

Si des interrogations restent, nous n ‘avons pas vu le chaos annoncé ou espéré  par les « experts » intéressés qui  se sont  révélés être de piètres manipulateurs.

Dans la nuit et outre Atlantique, ils s’étaient un fois de plus grossièrement fourvoyés en tentant d influencer les électeurs américains.

Quelques jours plus tard, d’autres « experts », français ceux ci, se trouvent démentis par des électeurs fâchés de se voir imposer un « ex » revanchard, et un énarque aussi usé que policé.

Bref, le monde des « experts » ne parvient plus à protéger ses complices carriéristes au pouvoir depuis 30 ans, et découvre un monde dangereux  auquel les uns et les autres nous ont conduit.

La mondialisation remise en cause brutalement en Europe et aux USA, n ‘accouchera pas sans heurts d’un monde plus protecteur des hommes et de notre bien commun, la Terre.

Le repli égoïste, réaction a l’ouverture folle, peut  tout aussi bien  rétrécir le monde, susciter des tensions  menaçantes.

L ‘Amérique , compte tenu de sa puissance, a une responsabilité si particulière  que l’on peut observer avec une certaine inquiétude l’arrivée au pouvoir d’un homme fantasque.

Ne soyons pas arrogants cependant a l’égard des Américains, puisque nous élisons régulièrement en France des hommes tout aussi flagorneurs. Au moins nos saltimbanques n ‘ont ils pas le même effet sur le cours du Monde.

Pour autant ce début 2017 ne sera pas sans rappeler  1937..

En France la chute de la Gauche  dans un pays menacé de l’intérieur par le terrorisme islamiste, hier par les ligues fascistes, par l’effondrement  moral de la société et le renoncement des élites qui nous entrainent vers l’effacement comme il nous conduisit hier à la débâcle,  par le déclin économique et social aggravé par les politiques déflationnistes  européennes comme ce fut le cas  également après 1929.  

A l ‘extérieur les menaces s’accumulent : les migrations iront s’amplifiant sous l’effet du réchauffement climatique et des conflits qui en seront la conséquence, les appétits des nouvelles puissances confrontées aux anciennes multiplient les risques de conflit comme en atteste la croissance  des budgets militaires hors Europe, l Amérique après la tentation impériale pourrait céder à celle d'un relatif isolationnisme.

Alors que sera notre France ? Celle du Front Populaire affaiblie par les séquelles de la crise, la division et les utopies marxistes ? ou bien celle de la V ème République naissante guidée vers le redressement et bientôt rayonnante à nouveau après  les sacrifices du Plan Rueff, ayant retrouvé la paix, restimulé son économie, pris la tête d’une Europe des nations ambitieuse mais réaliste ?

Ce furent nos débats du 9 novembre, animés toujours, mais dont chacun convint que deux objectifs devraient conduire l’action gouvernementale dès 2017:

  • Attaquer différemment le chômage de masse qui détruit notre société : 3% de croissance annuelle pour une baisse de 50% des sans emplois
  • Encourager la révolution verte dont notre survie dépend en même temps qu’elle peut être à l’origine d’une forte croissance par l’introduction de nouvelles technologies.

De ces deux objectifs procèdent trois conditions déterminantes :

  • Renverser la culture gauchisante de l’ensemble du corps politique en faisant de l’entreprise le cœur des attentions, car seules les entreprises créent les richesses et les emplois quand l’Etat crée des charges.Plus d’entreprises, fortement encouragées à investir, voilà ce qui doit se substituer à l’enfer fiscal et réglementaire qu’est devenu notre pays. Nous proposons de ramener à 25% l’IS sur les bénéfices lorsqu’ils sont distribués mais à 0% lorsqu’ils sont réinvestis…et même à 15% l’IS sur les dividendes distribués si l’entreprise introduit la cogestion.

 

  • Réduire sans faillir un Etat malade de sa boulimie qui en pompant 57% du PIB,   soit 1300 milliards €, poursuit une soviétisation sournoise de la société qui menace aussi nos libertés.En 5 ans son poids doit être ramené en dessous de 50% du PIB . Sans quoi, la réduction drastique des charges sociales des entreprises françaises ( 50 milliards€ ) pour les ramener simplement au niveau de l’Allemagne , tout autant que la baisse de l’IS pour redonner à la France la compétitivité fiscale perdue, seraient impossible.

 

  • Retrouver notre souveraineté économique par la maitrise de la monnaie, la fin du dumping des travailleurs détachés, la préférence nationale pour les commandes publiques, la mise en place progressive d’une taxation des produits non recyclables.Les plans de redressement pour réussir, ou être supportés par le corps social doivent permettre un retour rapide de la croissance : ceci n’est pas possible sans allègement de la contrainte monétaire de l €.

 

France Rebelle, grâce à vos reflexions, a élaboré un programme économique extrêmement innovant, autour de ces trois conditions, et nous avons eu, ici et là, quelque influence sur les projets de mouvements politiques.

Nous poursuivrons dans cette voie qui est celle de l’influence conforme aux statuts de notre club de pensée, mais nous ne nous interdirons pas de nous engager le moment venu  pour la présidentielle de 2017, en fonction des candidats et des programmes.

Pour autant nous serons vigilants, persuadés  que 2017 sera l’élection de la dernière chance pour notre pays.

Nous ne soutiendrons pas un programme qui ne prévoirait pas une remise à plat de l’Etat, de ses missions et de ses dépenses. L’Etat gaulliste est un Etat incitateur et investisseur, pas une administration prolifique gérant la charité.

5,2 millions de fonctionnaires, augmentés de 700 000 salariés des entreprises publiques « à statut », et de 700 000 encore dans les associations  et autres entités payées par des fonds publics c est 40% de plus que dans  les années 80 sans que nous soyons mieux administrés, mieux éduqués, mieux soignés, ou mieux défendus.

Les budgets de dépenses se sont multipliés en même temps que les effectifs qui cherchent là leur justification.

Cette sphère étatique, financée par l’économie réelle, est devenue, en bonne part, une valeur retranchée pour la Nation.

Nous ne soutiendrons pas un programme qui, prévoyant la remise à plat de l’Etat, s ‘en tiendrait là et s’abstiendrait de retrouver notre souveraineté économique.Sans dévaluation, le plan Rueff n’aurait pas réussi le rétablissement spectaculaire de la France.

Jamais enfin nous ne soutiendrons un programme de l’illusion  qui distribuerait du pouvoir d’achat aux dépends d’un redressement des entreprises c ‘est à dire  in fine des chômeurs,  et qui accroitrait surtout les importations, vu l'état de notre industrie,  et le déficit abyssal de notre balance commerciale c ‘est à dire l’endettement du pays.

Des débats en cours sur la scène politique, nous pouvons craindre que le système  étatique porté par des politiciens hauts fonctionnaires de tous bords  s’opposera de toutes ses forces à une remise à plat, et que ce même système imbriqué avec Bruxelles fera tout pour interdire un retour de notre souveraineté.

Pour autant si un libéral sans souveraineté est voué à l’échec, il le serait tout autant qu’un souverainiste qui entretiendrait l’assistanat,  le gaspillage et le corporatisme  public.

Disant cela et observant les programmes, nous ne pouvons que regretter la faiblesse de ce qui est proposé aux Français.

Ce sera aussi notre contribution d’œuvrer, par les idées et le soutien financier, pour qu’une offre de l’espoir pour la France et nos enfants voie le jour enfin !

 

Roger Franchino , President ,  Marc Méchin, Pierre André Revol, Anne de Vimeaux, Amelie Duchardel Vice presidents de région

 
Repost 0
Published by Roger Franchino - dans politique
commenter cet article
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 14:50

Le 14 Juillet 2016 était revenu avec son défilé, dernière tradition à la gloire d’une Nation qui a perdu la mémoire grâce à ses programmes scolaires, son rang et sa sécurité grâce à ses élites et 40 ans de renoncement , son ambition et le sens de l ‘effort grâce à ses utopies soixante-huitardes.

Mais en ce jour là , le chœur de 400 enfants, de bleu –blanc- rouge vêtus, disposés comme un carré de Marie Louises de l’Empire, avait entamé une Marseillaise qui bientôt étreignit Paris, puis la France à cet instant émue aux larmes par le souffle et la ferveur de ces jeunes poitrines.

Pourquoi alors, en ce matin, étais je habité d’un sombre pressentiment, songeant que cette journée symbole de la France pourrait être le théâtre de quelque action spectaculaire ?

Tard dans la soirée, les premiers messages d horreur investirent twitter…

Nous revoici donc baignant dans le sang et l’horreur des familles assassinées, des enfants tués ou mutilés, dans la détresse , la peur , l’impuissance , et la colère de tous ceux qui à Nice , comme avant à Paris ou Bruxelles, ont été frappés lâchement dans ce qu’ils avaient de plus cher…
Nous revoici dans le deuil et la fureur qui commanderaient silence et recueillement si tout cela relevait d’une quelconque malédiction contre laquelle nous serions impuissants.

Pour cela , il faudrait que nous ayons la conviction que nos gouvernants ont pris les moyens à la mesure des menaces, que tout a été fait pour éloigner les factieux ou pour les réduire, que nos frontières nous protègent d’une invasion rampante, et que les terroristes n ‘ont pas accès à notre territoire.

Las, chacun sait qu’il n ‘en est rien : nos frontières restent des passoires, nous accueillons tout ce qui se présente chez nous sans trier le bon grain de l’ivraie au prétexte d’un humanitarisme
ubuesque..

Nos délinquants religieux ou non ne sont guère sanctionnés, les djihadistes de retour du Moyen Orient sont libres de leurs mouvements, les mosquées financées par des Etats religieux fleurissent, tandis que les imams étrangers prêchent à l'abri de leur langue des valeurs fort peu républicaines.

Nos forces de sécurité réduites par deux majorités successives sont dépassées, et nos militaires de la force Sentinelle n ‘ont pas le droit de faire usage de leurs armes sur le territoire national.

L’Education Nationale enfin capte de plus en plus de ressources pour ne plus enseigner notre langue, nos valeurs et notre Histoire correctement .

Bref, l’Etat n ‘est plus !


Dès lors, c’est à ses chefs de tirer les conséquences de la déroute dont ils sont les seuls responsables.

Aucun dirigeant inscrivant à son passif trois attentats sanglants touchant plusieurs centaines de Français , montrant chaque jour son incapacité à appréhender la gravité de la situation du pays, son incapacité à sortir de représentations erronées et à gérer ses propres équipes, ne peut se considérer légitime fut il élu voici 4 ans, par un peuple dont tout montre qu‘il lui a retiré sa confiance,

Au Japon où l’honneur a un sens un Premier Ministre se ferait hara kiri sur le champ , tandis qu’au Royaume Uni il serait renversé si d ‘aventure il ne démissionnait pas.

Hollande doit donc se retirer s ‘il lui reste l honneur, et ce faisant provoquer l’élection d’une nouvelle équipe capable de gagner la guerre qui nous est faite.

Pour le reste nous écrivions déjà ici le 14 novembre 2015, les mesures que la France attend:

- Rétablissement immédiat de la peine de mort par une loi du Parlement pour tous les actes terroristes commis en France, pour ceux commis à l'étranger par des nationaux français et pour le traffic d'armes de guerre sur le territoire national . Rétablissement de la Cour de sécurité de l Etat , juridiction d'exception chargée de juger rapidement les coupables saisis ou par contumace et de prononcer la peine capitale . Expulsion immédiate de tout étranger ayant eu maille à partir avec la justice.

- Controle par l'Etat de la nomination des imams et de l'origine des fonds finançant les mosquées. Expulsion des imams étrangers, refus des permis de construire aux projets de mosquées en provenance d'Etats religieux ou qui n 'accordent pas la réciprocité aux autres religions, nationalisation sans indemnité des mosquées sous contrôle étranger.

- Gel de toute nouvelle immigration musulmane hors réfugiés politiques laïcs et dénonciation des accords de Schengen. Toute demande de carte de résident doit s'accompagner d 'une enquête démontrant une pratique correcte de notre langue et des moeurs conformes à la laïcité.

- Mise en place avec les Français musulmans d'une collaboration étroite sur la base du respect, non pas du "vivre ensemble" mais du "vivre comme nous ", c'est à dire des lois de la République, de l'identité nationale et de la culture française. En conséquence les prières dans les mosquées doivent être dites en Français , et les Français musulmans ou les laÏcs d'origine arabe doivent être appelés, avec l'appui et sous les autorités de l'Etat, à s'organiser pour aider à isoler l'extrémisme religieux et mettre hors d 'état de nuire les individus radicalisés.

- remontée dès 2016 du budget de la Défense à 2% du PIB et réévaluation de la loi de programmation militaire, hausse des moyens des polices, avec coupure symétrique des dépenses non régaliennes de l'Etat, et notamment arrêt des recrutements aussi intempestifs qu'inutiles de l'Education Nationale.

Au delà de ces mesures d'urgence, l 'insertion de tous dans la Nation doit être recherchée avec vigueur.


Dès maintenant pour la plus jeune enfance, l Education Nationale doit enseigner résolument les valeurs laïques de la République, la grandeur de l'Histoire de France et de sa culture sans repentance, afin que chacun , quelle que soit son origine, s'éveille à l'amour de notre pays.

Une attention toute particulière devra être portée à l'enseignement de l'égalité des sexes, et il devra être veillé à ce que les jeunes filles affirment résolument cette égalité, toute tentative de mise sous tutelle pouvant être signalée à la police.
De même qu'aucune ségrégation raciale ne saurait être tolérée sur les bancs d'école, aucune attitude à connotation religieuse ne saurait être permise. L'uniforme scolaire devra être réintroduit et obligatoire pour tous.
L'autorité des maitres doit être rétablie avec la plus grande rigueur, les parents étant tenus pour comptables à priori des exactions éventuelles de leurs enfants.

Enfin , le rétablissement d'un Service National civique obligatoire s'impose pour servir de creuset au mixage indispensable, pour que chacun apprenne à servir la Nation et ne pas seulement s'en servir, à respecter l 'autre et à adhérer à nos valeurs fondamentales.

L'ennemi doit savoir qu'il sera traqué et éliminé sans état d'âme où qu'il se trouve, à l'extérieur certes mais surtout à l'intérieur où il tente de semer la désolation.

Ceux qui ont été accueillis sur notre territoire et ceux qui aspirent à l'être doivent savoir que la France n 'est disposée désormais à leur accorder aucune concession ni de langue ni de valeurs, toute contravention grave à celles ci les exposant au bannissement , à la déchéance des droits ou à celle de la nationalité.

Voilà ce que le salut de la paix civile, la sécurité de tous les Français de quelque confession qu'ils soient appelle de l 'Etat et d'un Président exceptionnel, puisque la "normalité" autrefois invoquée aboutit à de sanglants désastres.

Pensons aux victimes et à leurs familles, jurons que plus jamais un gouvernement de la France exposera ainsi nos compatriotes !

Vive Nice, Vive la République et vive la France!!

Roger Franchino

Repost 0
Published by Roger Franchino - dans politique
commenter cet article
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 13:39
Lâcheté et confusion des gouvernements nourrissent le terrorisme

Après les derniers attentats de Bruxelles, dans la tristesse et la colère, relisons le discours très actuel de Robespierre le 25 Décembre 1793, dont on rappelle que bien qu'avocat contre la peine de mort, il sut distinguer l 'état de paix de l'état de guerre, et appliqua des lois d'urgence avec toute la rigueur qui convenait.

Bien sur, il n 'est pas dans notre intention de regretter l'époque de la Terreur, mais  surement de prétendre que puisque des sanguinaires veulent terroriser les peuples, alors c 'est à celui ci, par le bras armé des Etats, d 'inverser la terreur en les châtiant sans merci eux  et tous ceux  qui viendraient à les soutenir,  les cacher, ou sournoisement les défendre.

 

Une rigueur sans faille à l'égard des factieux et des criminels doit s 'accompagner de la plus grande bienveillance et de la plus grande liberté avec les honnêtes gens. Telle était, déjà, la vision d 'alors.


"Les défenseurs de la République adoptent la maxime de César ; ils croient qu'on n'a rien fait tant qu'il reste quelque chose à faire. Il nous reste assez de dangers pour occuper tout notre zèle.

…. il est une entreprise non moins importante et plus difficile, c'est de confondre par une énergie constante les intrigues éternelles de tous les ennemis de notre liberté, et de faire triompher les principes sur lesquels doit s'asseoir la prospérité publique...

Le Gouvernement révolutionnaire a besoin d'une activité extraordinaire, précisément parce qu'il est en guerre. Il est soumis à des règles moins uniformes et moins rigoureuses parce que les circonstances où il se trouve, sont orageuses et mobiles, et surtout parce qu'il est forcé à déployer sans cesse des ressources nouvelles et rapides, pour des dangers nouveaux et pressants.

Le gouvernement constitutionnel s'occupe principalement de la liberté civile ; et le gouvernement révolutionnaire, de la liberté publique. Sous le régime constitutionnel, il suffit presque de protéger les individus contre l'abus de la puissance publique ; sous le régime révolutionnaire, la puissance publique elle-même est obligée de se défendre contre toutes les factions qui l'attaquent.

Le gouvernement révolutionnaire doit aux bons citoyens toute la protection nationale ; il ne doit aux ennemis du peuple que la mort.Ces notions suffisent pour expliquer l'origine et la nature des lois que nous appelons.

Ceux qui les nomment arbitraires ou tyranniques sont des sophistes stupides ou pervers qui cherchent à confondre les contraires ; ils veulent soumettre au même régime la paix et la guerre, la santé et la maladie, ou plutôt ils ne veulent que la résurrection de la tyrannie et la mort de la Patrie. S'ils invoquent l'exécution littérale des adages constitutionnels, ce n'est que pour les violer impunément. Ce sont les lâches assassins qui, pour égorger sans péril la République au berceau, s'efforcent de la garrotter avec des maximes vagues dont ils savent bien se dégager eux-mêmes.

Les temples des dieux ne sont pas faits pour servir d'asile aux sacrilèges qui viennent les profaner, ni la Constitution pour protéger les complots des tyrans qui cherchent à la détruire.

Si le gouvernement révolutionnaire doit être plus actif dans sa marche, et plus libre dans ses mouvements, que le gouvernement ordinaire, en est-il moins juste et moins légitime ? Non. Il est appuyé sur la plus saine de toutes les lois, le salut du peuple ; sur le plus irréfragable de tous les titres, la nécessité.

Il a aussi ses règles, toutes puisées dans la justice et dans l'ordre public. Il n'a rien de commun avec l'anarchie, ni avec le désordre ; son but au contraire, est de les réprimer, pour amener et pour affermir le règne des lois. Il n'a rien de commun avec l'arbitraire ; ce ne sont point les passions particulières qui doivent le diriger, mais l'intérêt public.Il doit se rapprocher des principes ordinaires et généraux, dans tous les cas où ils peuvent être rigoureusement appliqués sans compromettre la liberté publique.

Plus il est terrible aux méchants, plus il doit être favorable aux bons. Plus les circonstances lui imposent des rigueurs nécessaires, plus il doit s'abstenir des mesures qui gênent inutilement la liberté et qui froissent les intérêts privés, sans aucun avantage public.

Il doit voguer entre deux écueils, la faiblesse et la témérité, le modérantisme et l'excès; le modérantisme, qui est à la modération ce que l'impuissance est à la chasteté, et l'excès, qui ressemble à l'énergie comme l'hydropisie à la santé "
( Maximilien de Robespierre)

Puissent France et Belgique retrouver des gouvernants au caractère trempé, ENFIN!

Roger Franchino

Repost 0
Published by Roger Franchino - dans politique
commenter cet article
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 16:32
France 2016: l'indispensable révolution idéologique pour le redressement

2015 aura été pour notre pays une sombre période de son Histoire, payée du prix du sang ici et à l’extérieur, la plupart du temps par une jeunesse déjà largement éprouvée dans une société qui n’offre plus depuis longtemps à ses enfants les perspectives qu’elle leur doit .

 

2015 aura été l’année où les contradictions de cette société, sans mémoire et sans ambition, flétrie sous ses bourrelets corporatistes et communautaires, se seront manifestées dans une violence croissante qu’un Etat hypertrophié mais velléitaire ne contrôle presque plus.

 

Le terrorisme ,commandé de l’extérieur certes, se nourrit à l’intérieur du refus des héritiers de 68 d’assimiler les minorités au nom d’un « vivre ensemble » tout droit issu de l’Internationale et de leur haine de la Nation , de l’incapacité des élites de la décadence de tous bords à rassembler le pays autour d’une grande ambition pour la France seule cause fédératrice des intérêts particuliers, de l’échec de dirigeants issus de la fonction publique à comprendre le monde nouveau et à favoriser la croissance pour que chacun trouve sa place dans notre France .

 

Rien de véritablement nouveau si ce n’est de plus dramatique , puisque le lecteur de ces lignes, pourra se reporter à ce que j’écrivais ici pour les vœux de 2014 sous le titre « France 2014 : le redressement sera moral ou ne sera pas ! »

 

Comment prétendre en ce début 2016, qu’ il y aurait redressement moral quand le pays terrorisé par quelques criminels illuminés, mis en coupe réglée par l’impôt et les dettes des autres, soumis à l’étranger et aux intérêts organisés, livré au laxisme de l’Education et de la Justice, tente pour les uns de survivre dans l’assistanat et pour les autres de faire front quelque temps encore avant , peut-être, de rejoindre les premiers ou de fuir ?

 

Si la roue qui entraine la France de plus en plus vite vers les abimes n’est pas arrêtée bientôt, alors nul doute que viendra le temps d’épreuves encore plus tragiques dont on voit bien qu’ elles conduiraient à l’effondrement voire à l’affrontement sanglant.

 

Comment donc arrêter avant le précipice cette course entamée voici 40 ans ?

 

Par le redressement moral qui commande évidemment l’action !

 

Car sans redressement moral, sans volonté de changer tout ce qui doit l’être dans l’intérêt supérieur du pays et sans ambition de faire en sorte que la France redevienne ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être, comment demander à chacun de faire là où il se trouve ce qu’il convient sans compter sur l’assistanat, de se comporter en citoyen plus exigeant envers lui-même qu’envers la collectivité, de se voir en Marie Louise, en grognard ou en général d’une économie qui doit repartir à la conquête d’un monde ouvert mais mouvant ?

 

On voit bien que tout ceci s’oppose frontalement à l’idéologie post soixante nuitarde pourfendue enfin, mais un peu tardivement pour France Rebelle, par quelques auteurs à la mode.

 

Qu’était donc l’idéologie 68 , au-delà du happening d’une jeunesse comblée, sinon la jouissance sans frein transposée du sexe à la société, le laxisme en tout avec le pathétique « il est interdit d’interdire » qui fit les enfants rois puis la justice laxiste et son cortège de délinquants, le refus de l’effort qui fit du baccalauréat un torchon dévalorisé et des 35H une arme anti croissance, le rejet de la Nation au profit des balivernes internationalistes trotskistes pour les uns, fédéralistes européennes pour les autres qui conduisirent à la soumission ?

 

Inutile de rappeler à ces « bouffons » dont beaucoup hantent encore les allées du pouvoir actuel , que leurs maitres à penser d’alors , Mao ou Guevara via Castro, avaient une pratique de l’Etat très différente de celle de leurs phantasmes juvéniles qui semblent ressurgir parfois aussi incongrus que des poussées d’acné chez les vieux qu’ils sont devenus !

 

Hé bien c’est au contrepied de tout cela qu’il faut s’atteler, hardiment, fermement, sans compromis, à chaque instant du cycle de vie de chacun de nous.

 

Aux parents d’éduquer leurs enfants c’est-à-dire de leur apprendre à vivre en famille puis en société, avec les valeurs qui sont celles de la France, avec un esprit curieux et ouvert, mais conscient des limites que personne ne saurait transgresser.

 

A l’Education Nationale non pas d’éduquer mais d’instruire, d’enseigner la langue française qui doit être maitrisée pour comprendre et raisonner , de calculer pour appréhender et analyser, d’enseigner l’Histoire de France et du Monde ainsi que la géographie pour offrir des racines partagées et apprendre à aimer notre pays, d’éveiller les esprits aux grands courants de pensée pour nourrir des têtes bien faites, d’enseigner les sciences pour préparer demain, d’étudier les droits et devoirs du citoyen sans affranchir les maitres de leur autorité.

 

A un Service National court ensuite, lorsque s’achève l’adolescence de parfaire le mixage des jeunes gens afin de ressouder la société autour de missions d’intérêt collectif, de veiller à leur adhésion à la Nation et à ce qu’elle représente, sans négliger d’identifier ceux qui auraient besoin d’un effort d’insertion supplémentaire.

 

A l’Etat de se réformer en se recentrant sur ses fonctions régaliennes afin que la société enfin respire et que l’assistanat face place à la citoyenneté responsable et entreprenante.

 

Comment , notamment, espérer relancer la croissance et celle des emplois quand une entreprise qui gagne 100 après avoir assumé risques et travail, ne garde au mieux que 34 pour ceux qui l’ont créée , investissent leurs deniers et leur vie, quand ailleurs en Europe même ce peut être 60 ?

 

La dépense publique qui représente 57% du PIB annuel doit être en 7 ans ramenée à 46% , soit l’équivalent de l’Allemagne afin de baisser les impôts et de rendre à la France la compétitivité perdue . Les Allemands ne semblant pas accablés par la misère, les Français devraient pouvoir s’en accommoder !

 

Pour cela il faut s’affranchir du totem de Maastricht pour accepter deux ans de déficits publics plus forts gagés sur une réduction des dépenses publiques inspirée par les rapports de la Cour des Comptes sans se préoccuper outre mesure des résistances corporatistes.

Il convient aussi de rééquilibrer les chapitres de dépenses, avec transfert de ressources vers la Défense

qui n’ a plus les moyens à la hauteur des menaces croissantes partout , vers la Justice qui devra s’appuyer sur le rétablissement de la peine de mort pour des crimes comme le terrorisme, vers la Santé du fait d’une population vieillissante.

La contrepartie c’est d’un côté de retrouver une croissance de l’ordre de 3% par an afin de réduire de 50% le nombre de chômeurs, de favoriser l’insertion de la jeunesse toutes origines confondues, de retrouver nos grands équilibres financiers, de l’autre de rétablir l’ordre et la sécurité.

Dans cet environnement en voie d’assainissement, il faudra alors substituer à l’assistanat et à la passivité, la responsabilité et la participation .

 

De tout cela provient qu’il faut un pouvoir fort et résolu doté. Pour être fort le mandat présidentiel devra être porté à 7 ans sans possibilité de réélection comme cela a été décrit dans notre « Manifeste pour le Renouveau » d octobre 2012.

Pour être résolu, la « parité » privé /public devra s’imposer comme une exigence nouvelle.

Dès lors, les ministres des Finances et de l’Economie, du Travail, de l’Education Nationale, de la Recherche seraient obligatoirement des femmes et des hommes ayant réussi dans le privé.

De même , la parité public/privé devrait être encouragée à l’Assemblée Nationale.

 

Bien entendu, ce sauvetage de la France n’ira pas sans affrontement avec tout ce qui s’est construit sur l’idéologie de 68. Il faut donc s’y préparer résolument tout en conduisant habilement le changement qui doit aboutir à son éradication pacifique mais définitive.

 

Comme toujours lorsque la France vacille , seul un homme ou une femme au caractère trempé peut rassembler les ardeurs nécessaires.

 

Cette personnalité ne peut évidemment pas être issue des rangs des partis du système , de gauche ou de droite, précisément parce qu’à des titres divers elles sont issues de cette idéologie du laisser-aller et du refus de l’effort par conviction ou par lâcheté.

 

Ainsi l’un tente de s’acheter avec 2 milliards € de dépenses publiques un baisse factice du chômage dans le seul but de se présenter à sa propre succession en 2017 : la petitesse de la manœuvre grossière le dispute à l’abus de biens sociaux, et le Conseil Constitutionnel serait avisé de compter cela dans les futures dépenses de campagne du Président sortant.

L’autre nous concocte un livre destiné à nous convaincre qu’un déplorable « ex » hier peut devenir un remarquable prétendant demain !!

 

Ailleurs il reste le Front National qui prospère sur le rejet des précédents, mais porte un programme économique aussi obsolète que celui du parti communiste ce qui ne suffirait pas à l’écarter du pouvoir si les partis du système ne s’étaient accordés sur une sorte de syndicat « Républicain » de protection des intérêts des copains et coquins .

Des lors, comme observé aux élections régionales, il est clair que , sauf cataclysme, la famille Le Pen n’est pas prête de parvenir au pouvoir et servira , au contraire, de rempart à ceux dont elle convoite la place.

Les Français qui persisteraient à la soutenir feront donc le jeu de la médiocrité et du déclin avec PS et Républicains.

 

Le changement ne peut donc venir que d’ailleurs, et ce pourrait être des gaullistes rassemblés plus largement autour d’un Debout la France conquérant.

 

Evidemment cela suppose que le mouvement gaulliste n’apparaisse pas « comme le Front National sans le racisme » mais bien comme l’unique autre voie tout aussi résolue mais,beaucoup plus crédible, c’est-à-dire comme la seule réelle menace capable de renverser le système.

 

Nous en avons depuis longtemps l’intuition à France Rebelle, et le temps qui passe, les épreuves que traverse la France, les résultats électoraux qui ponctuent l’actualité nous donnent régulièrement raison.

 

Le temps est venu que les gaullistes s’affranchissent des prudences, des modérations de l’hésitation, des demi choix comme des demi mesures qui ne seraient que le signe de la faiblesse , et feraient du Front National l’unique secours pour la France des patriotes qui désespèrent

 

De Gaulle ne s’est pas installé à Genève mais à Londres, ne s’est pas ému de sa condamnation par tout ce que la France avait et conserve de vichyste, n’a pas sollicité les intérêts organisés pour mettre en place le plan Rueff de redressement, n’ a pas composé avec les putschistes pour protéger la République, n’ a pas signé les accords d’Evian avant de gagner la bataille d’Alger, n’a pas soutenu les grands projets industriels avant d’en donner les moyens à l’Etat, n ‘a pas cédé aux factieux de tous bords en 68, ni aux apôtres du déclin tranquille en 69 !

 

Car De Gaulle savait qu’entre l’idéologie du déclin et celle de la France millénaire, le combat sans merci était la seule cause qui vaille tant elle épouse celle de l’Homme et celle de la France que regarde le Monde.

 

Vision claire du cap , fermeté par tous temps des convictions sans pudeurs coupables, compétence et action résolue des équipages , voici les conditions de la bataille idéologique a gagner !

 

Et voilà nos vœux pour la France et pour les gaullistes en 2016

 

Roger Franchino

Repost 0
Published by Roger Franchino - dans politique
commenter cet article
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 21:21

Que d'évènements, depuis que 111 d 'entre nous, s'étaient retrouvés à Torun, dans la Pologne

redevenue eurosceptique, la veille des attentats du 13 Novembre !

Bien sur, les journées tragiques traversées par notre pays ont eu raison de la relatation des

rencontres passionnantes entre Poznan et Varsovie, comme de nos débats sur nos actions en

2016.

Mais enfin, il reste que nous étions unanimes à considérer que la plupart des maux de la France

trouvait son origine dans l 'idéologie post 68 qui a conduit au renoncement à l'effort individuel

devenu suspect, et à l 'effort collectif, c 'est à dire à l 'ambition de tous pour notre Nation, vue

comme une entrave aux utopies européennes et mondialistes.

 

Le renoncement individuel a prospéré d'abord dans l 'éducation de nos enfants, devenus rois

dispensés d'obligations, pour s'étendre aux adultes priés de se laisser assister  chaque jour  pour

survivre dans une économie à l encan, ou de maugréer sans cesse un mal être développé par les

médias de la démoralisation nationale, tout en étant assurés de pouvoir commettre la plupart des

délits sans sanction véritable, sauf pour excès de vitesse.

 

Le renoncement collectif  qui prend ses racines dans le premier, s 'est  nourri de l'abandon de

toute  ambition  pour notre pays autre que la dilution dans une Europe ubuesque, ainsi que de

notre souveraineté pour remettre à d 'autres l'essentiel des leviers de notre destin.

 

Nous avions donc retenu, que la longue tâche du  redressement de notre pays ne pouvait s 'initier

qu'à partir de la réduction puis de la destruction  totale de cette idéologie, d'autant plus nécessaire

qu'elle résisterait aux nouveaux efforts que la lutte pour la survie de la planète va imposer.

 

Et voici , que les Français s'avisent au premier soir des élections régionales d'envoyer un signal,

ambigu, mais un signal tout de même!

 

Un signal parce que les partis qui trahissent l 'Histoire de la France  en organisant depuis 40 ans

le déclin, en portant à 10% de la population le nombre de chomeurs, en remplissant nos rues de

SDF, sont sanctionnés sans conteste.

 

Un signal ambigu pourtant, car dans leur soif de sanction tout autant que dans leur colère suite

aux attentats, les Français ne distinguent pas que le programme économique du FN, qui

ressemble étrangement à celui du FG avec la retraite à 60 ans, la hausse du smic, le maintien de

dépenses publiques, ne ferait que conduire à une crise plus grave encore.

 

Notre choix à France Rebelle était et reste tout autre:

1) souveraineté 

2) reduction du gaspillage public pour réduire ensuite l 'impôt, condition de la croissance.

3) participation partout , c 'est à dire responsabilité plutot qu 'infantilisation, ce qui intérèsse autant

les Français de souche que les autres.

 

La plupart d'entre nous ont  donc soutenu des candidats gaullistes, quelques uns des listes de citoyens  non partisans ayant réussi dans la société civile.

 

Nous n 'avons pas gagné et nous aurions pu faire mieux, mais la voie reste tracée!

Alors qu'allons nous décider pour le second tour des élections régionales? tel était l 'objet de notre

débat ce soir au comité éxécutif, chaque membre ayant pris le soin de consulter ses adhérents.

 

Hé bien, il nous a semblé à l'unanimité que France Rebelle , dans la logique de ce qui précède ne

saurait favoriser la victoire d'une quelconque liste de gauche qui reste le noyau dur de l'idéologie

post 68.

 

De même  France Rebelle ne saurait en aucune manière soutenir les partisans du libéralisme

appliqué aux faibles  mais qui se grisent des facilités d'un Etat  diforme et de la soumission à

l'étranger.

 

Nous ne soutiendrons donc ni liste de gauche ni liste LR/Centre

 

Allons nous pour autant soutenir le FN?

 

Compte tenu de l 'enjeu qui reste régional, il ne nous semble pas malsain que ce parti soit mis à l

'épreuve des réalités  puisque c'est la volonté des Français, qu 'il soit contraint de quitter le confort

douillet de l 'opposition attrape tout.

A l'épreuve du feu, il pourrait bien avoir perdu de sa superbe en 2017 qui est la seule échéance

importante.

 

Pour autant, nous savons que le FN n ' a pas fait encore tous les aggiornamenti qui le laveraient 

de toute odeur de soufre... comme il en fut du Pari Communiste autrefois.

L'air  nous semble plus respirable du côté de Mr Filippot que du côté de Mlle Le Pen, même si le

désistement des coquins  pour les copains en PACA rend tentant de faire son affaire de certaines  

éffluves passablement couvertes par celles nauséabondes des "combinazione" du système aux

abois. 

 

Au final cependant, puisqu 'il ne saurait y avoir de consigne à France Rebelle, nous suggérons à

chacun , en fonction des personnalités présentes et des convictions personnelles de choisir entre

abstention et soutien au FN, l 'essentiel restant la défaite demain ou après demain lorsque  

l'essentiel sera en jeu,  des  protagonistes de 40 ans de désarroi pour les Français et de déclin

pour la France.

 

Voilà le choix de France Rebelle ! Plutot qu'atermoyer, choisir !

 

 Roger Franchino,

Marc Méchin, Pierre André Revol, Anne De Vimeaux, Amélie Duchardel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Roger Franchino - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche