Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 21:23

La gauche a conquis dimanche le dernier des bastions de l’Etat qui lui échappait encore. Désormais les socialistes détiennent sans partage tous les pouvoirs de la République, ce qui leur offre une chance historique en même temps qu’une responsabilité immense.

Le sursaut de la France dépend d’eux, la survie de l’Europe aussi.


La zone euro continue de s’enfoncer et le résultat par défaut des élections grecques n’y changera rien, puisque déjà la gangrène s’étend en Espagne, et de proche en proche gagne l’Italie.

Les enjeux financiers  sont gigantesques : 320 milliards € pour la Grèce, 600 milliards € ou plus pour l’Espagne…combien pour l’Italie ? combien un jour pour la France ?


Hollande a compris que la politique qui consiste à saigner à blanc les malades était criminelle , et prenant le contrepied de son prédécesseur à la botte, s’est résolu à affronter l’Allemagne, prenant acte enfin que cette Europe allemande ne peut être la nôtre.

Une partie de la presse applaudit toute étonnée, elle qui faisait la sourde oreille voici peu encore à ceux rares qui, comme France Rebelle, s’insurgeaient de nos renoncements face aux prétentions allemandes au nom d’une amitié à sens unique.

Depuis longtemps nous disons que l’euro n’est pas la monnaie commune mais la monnaie de l’Allemagne imposée à l’Europe, mosaïque de pays  différents  aux structures économiques variées, grâce à la faiblesse de Mitterand et à la trahison des partis socialistes, écologiques, de l’UMP et des centres.

L’euro a été maintenu surévalué par la BCE, clone de la Bundesbank  qui a œuvré pendant 50 ans pour la réévaluation du Deustschemark, ce dont l’industrie allemande s’accommode fort bien, mais pas la nôtre, ni celle de l’Italie, ni celle de l’Espagne, ou  du Portugal.

De 1995 à 2011 l’industrie allemande  cru de 40%, celle de la France de 0% !

Ayant imposé sa monnaie à des pays trop faibles pour la supporter, l’Allemagne a éliminé peu à peu toute concurrence réelle en provenance d’Europe, et empêché ses partenaires de résister aux assauts de la Chine, et des tous les émergents qui produisent en zone dollar.

Affaiblis, nos pays ont financé le maintien de leur niveau de vie par l’endettement des particuliers ou des Etats, lesquels ont laissé la bride sur le cou aux banques au nom d’un libéralisme corrompu puisqu’elles ne peuvent faillir quelles que soient leurs turpitudes.

Bien au contraire la BCE qui ne peut financer directement les dettes souveraines inonde de liquidités les banques pour qu’elles financent les Etats en prenant des marges effrontées de 5% en Italie ou Espagne, de 18% en Grèce !

Et cette Europe allemande, au nom de l’idéologie libérale qui sert les industries d’Outre Rhin, a dérégulé  à tour de bras tout ce qui pouvait l’être, favorisant  les marchés financiers  ou ouvrant nos frontières aux produits bas coûts importés d’Asie.


Je rentre de Chine après un périple professionnel de 15 jours…les usines y tournent à plein avec « seulement » 10% de croissance des exportations contre 22% l’an dernier et 31% l’année d’avant !...mais les automobiles non fabriquées en Chine sont taxées à 30%  ce qui ne laisse de place qu’aux  marques « premium » qui sont relativement inélastiques aux prix telles Mercedes, BMW ou Audi….  les parfums, la maroquinerie de luxe française taxés à 30% sont vendus plus chers à Shanghai qu’à Paris.. pendant ce temps le port Shanghai voit un ballet ininterrompu de porte containers à destination de l’Europe, gorgés de produits qui ne seront pas taxés chez nous !!

Pendant ce temps le salaire mensuel moyen des Chinois est de 200 € par mois, la sécurité sociale est plafonnée aux points acquis par chacun, les jeunes doivent encore assurer la retraite de leurs anciens, les familles sont entassées dans des micro surfaces de 24 m2, le congé maternité est de trois mois, etc…

Quelle est cette Europe passoire qui a trahi le rêve de ses pères fondateurs  d’un espace européen de prospérité, de solidarité, de croissance ?


Hollande semble avoir compris, mais ne semble pas prêt à aller au bout du chemin, se contentant d’euro obligations pour financer des travaux d’infrastructures ou d’avenir.

Ces investissements sont évidemment une mauvaise réponse au vrai problème : la croissance en Europe , hors Allemagne, est morte de la monnaie.

Hors remise en question de l’euro, monnaie allemande devenue unique, hors alignement de la BCE sur la Réserve Fédérale américaine,  la Banque du Japon, ou la Banque de Chine, il n’y a que le krach à attendre ou l’assujettissement politique que l’Allemagne tente d’imposer sous couvert d’un fédéralisme qui ferait de l’Europe une sorte d’empire Austro Hongrois, dinosaure de l'Histoire.


C’est donc à face à l’Allemagne  que se joue l’Europe, et c’est du nécessaire bras de fer longtemps éludé avec elle que dépend l’avenir de la France.

Outre la réduction des dépenses publiques ,c’est de l’engagement  dans cette  bataille que se joue principalement l’avenir de la coalition socialiste.

 

Roger Franchino

Partager cet article

Repost 0
Published by katsumoto - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche