Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 10:28

Mr Baroso, qui n'est pas regardant sur ses dépenses personnelles de représentation,  a lancé un ballon d’essai, apparemment accepté par les ministres des finances de l’Eurogroupe, sur le contrôle des budgets nationaux avant les Parlements.

 

Seuls des citoyens naïfs peuvent imaginer que l’habile Baroso a lancé l’idée sans avoir au préalable obtenu l’accord des principaux membres de l’Union, dont ,bien sur, celui de la France.

 

La probable vérité des choses est que ce contrôle,  c’est à dire l’imposition de l’austérité à l’ensemble de l’Europe, a été la monnaie d’échange exigée par l’Allemagne pour accepter le plan de 750 milliards € de soutien dont beaucoup se sont un peu rapidement réjouis.

 

Une fois encore l’Allemagne a imposé ses conditions pour mettre au pas l’ensemble des économies de la zone euro, et Nicolas Sarkozy a cédé.

 

Sauf qu’il y va cette fois  de la démocratie, et qu’en l’occurence il s’agit d’un coup d' Etat larvé, par une institution de technocrates non élus.

 

Sauf  encore qu’il s’agit d’une caste de 50 000 fonctionnaires en croissance continue, grassement rémunérée,  bénéficiant de traitements fiscaux de faveur, peu regardante sur ses dépenses,  mais qui voudrait imposer l’austérité aux citoyens  européens au nom d'une idéologie libérale qu’elle refuse de s’appliquer à elle même.

 

Sauf  enfin qu’il s’agit d’une administration avide de pouvoir, tatillonne, totalement absente lors du déclenchement de la crise financière de 2008, occupée à  réglementer les détails et laisser de côté l’essentiel, et  faisant de l’Europe une zone de libre échange ouverte à tous les vents.

 

Que des gouvernements qui ont imposé le traité de Lisbonne par les moyens que l’on sait se satisfassent de « passer la patate chaude » du contrôle des budgets nationaux à une institution irresponsable devant les peuples en dit long  sur nos dirigeants et  sur cette Europe . 

 

Cette Europe , celle qui ne respecte pas les référendums lorsque le verdict ne lui est pas favorable, celle qui  sacrifie  les intérêts de ses membres tantôt au profit d’un seul tantôt à celui des marchés financiers, celle qui a des relents  d’Anschluss, devient chaque jour un peu plus un empire autoritaire et hétéroclite.

 

Cette Europe dans sa dérive totalitaire croissante a perdu sa  déjà contestable légitimité .

 

C'est pourquoi, tout comme le disait Caton de Carthage, "Bruxelles delenda est"! (  si on entend par là cette Europe et la Commission)

 

Quant au gouvernement français qui accepterait cette dérive supplémentaire après avoir triché avec le traité de Lisbonne, il se rendrait à son tour  illégitime puisqu’il mettrait sous contrôle étranger l’un des éléments fondamentaux de la souveraineté nationale sans en avoir le mandat du peuple.

 

S’il acceptait encore cet abandon, s’il se rangeait à ce que  Bruxelles ressemble à un certain Munich dont l'esprit semble revenu en force, alors  il  ne serait  plus digne de diriger ce pays.

  

Dès lors les députés de tous bord, s’ils ont encore  quelque conscience, devraient avant

d être réduits à l’état de marionnettes par un pouvoir d’inspiration  pétainiste, censurer ce gouvernement.

   

Et si la République existe encore dans nos coeurs comme le proclament non frontons de mairie, si nous avons encore en mémoire les combats des nos républicains pour la conquête de nos libertés, alors  soyons résolus à faire connaître que l’accusation  de trahison pourrait être requise  contre quiconque, quelque soit son niveau à la tête de l’Etat, qui cèderait  à un pouvoir étranger et apatride ,  contre notre volonté  et à charge des intérêts de la France,  une prérogative essentielle de notre souveraineté.

 

Face à ce  totalitarisme européen croissant, c ‘est une radicalisation des  résistances nationales qui va s'imposer , nourrie d'un  nouvel appauvrissement du plus grand nombre et de drames individuels. 

 

Pauvre Europe ! pauvre France !...il n'est pas d'autre issue que de  lutter car il y va de l’avenir de notre pays, de nos familles, de nos enfants.

 

Katsumoto

Partager cet article

Repost 0
Published by katsumoto - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche