Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 11:12

Le Président de la République s 'est livré hier soir , non sans talent, à une causerie avec un échantillon de Français confrontés aux difficultés qui accablent le pays.

L'homme, spontané, communiquant, s'est efforcé de répondre aux inquiétudes tout en  défendant sa politique ce qui ne pouvait de toute évidence suffire à rassurer ses interlocuteurs.

Mais chacun aura surtout entendu  la répétition d'engagements bien sombres!
 
"Non je ne laisserai pas mourir l'agriculture!"
"Non je ne laisserai pas mourir l'automobile!"
"Non je ne laisserai pas mourir nos PME!"
"Non je ne laisserai pas mourir l'hopital!"
"Non, je ne laisserai pas mourir les banlieues!"

Asséner ces volontés repétées ne trahit il pas, de fait,  la reconnaissance  du degré de délitement de ce pays en tous domaines?

Et si nous en sommes là, ne faut il pas, de toute urgence, appréhender  les causes et prendre les mesures qui s'imposent depuis trop longtemps différées?

L'agriculture s 'écroule parce qu'il n' y a plus de préference communautaire sacrifiée sur l'autel du libéralisme anglais, à coup d'importations de Nouvelle Zelande, d'Australie, d'Argentine, sans parler de la Pologne copieusement  subventionée, pour le bonheur d'une grande distribution qui tire naturellement profit de la mondialisation.

L'industrie et l'automobile subissent de leur côté les mêmes  maux aggravés par une politique de l'euro trop cher qui nous dessert tout autant qu'elle sert l'Allemagne.

L'hopital , comme tous nos systèmes de protection sociale, ploie sous des charges accrues par une population plus nombreuse et vieillisssante, alors que le déni de croissance depuis 30 ans se traduit  par un gigantesque manque à gagner pour le budget de l'Etat, auquel s'est ajoutée une gestion laxiste des ressources.

Les banlieues n'intègrent plus la France parce que leurs jeunes ne trouvent pas d'emploi ou sont mal encadrés par l'Education Nationale, tout en même temps que le pays continue d'accueillir depuis trop longtemps des populations que ni son dynamisme économique, ni sa confiance dans ses valeurs et son Histoire, ni son ambition nationale ,  ne permettent  plus d'assimiler.

Il n'est pas jusqu'à la faiblesse demontrée  à l'égard d'une élite, avide de se servir plutot que de servir le pays qui l'a formée, qui ne contribue à donner à la jeunesse et aux citoyens de ce pays le sentiment que Liberté , Egalité, Fraternité que nous avons inscrit aux frontons de nos mairies ne vaut pas plus qu'un tag sur un mur de metro.

Voilà ce que Mr Sarkozy , son corps défendant, a reconnu hier soir!

Voilà pourtant ce dont à ce jour il n'a pas tiré les conclusions quant à la politique à conduire!

Voilà pourquoi une relève, hors partis "dominants"  mais depuis  longtemps aseptisés et complices, est nécessaire au salut!

Malheureusement, comme l'Histoire nous l'enseigne, il faudra sans doute de bien grandes secousses ou d'autres drames pour que s'organise enfin le sursaut...

Katsumoto 


Partager cet article

Repost 0
Published by katsumoto - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche