Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 16:17

Il est deux choses que favorisent les crises :

 - la remise en cause des vérités « établies »  qui ne sont souvent , telle la pensée unique, que des
  croyances imposées.
-
l’imagination, fruit de la nécessité.
 

Il en est ainsi , semble t il , des croyances répandues par les ayatollahs de la monnaie unique.

 

Pour signe, la publication par Le Monde du week end d’un article de Jean Vesperini,

professeur et  surtout membre du Conseil d’analyse économique du Premier Ministre.

 

Ce dernier qui publie «  La France dans la crise. Retrouver la croissance » soutient que l’euro, non seulement, ne nous a pas préservé de la crise financière partie des USA, de la récession et du chômage mais que, si nous avions conservé nos monnaies nationales qui auraient peut être dévalué de 20% par rapport au dollar comme l’a fait la Livre anglaise, ceci aurait permis à la France et à quelques autres de retrouver leur compétitivité par rapport à un euro surévalué.

 

Compétitivité par rapport à l’Allemagne en  Europe, compétitivité par rapport aux autres à l’extérieur…
 

Et Jean Vesperini d’asséner :

 

«  Pour promouvoir l’euro, ses partisans avaient lancé le mythe de l’euro facteur de croissance. En fait de croissance, la zone euro affiche le score pitoyable d’être, parmi les grands espaces économiques, celui qui connaît la croissance la plus médiocre.Voici maintenant qu’au mythe de l’euro facteur de croissance, on fait succéder le mythe de l’euro bouclier….En vérité, à l’exception de l’Allemagne les pays de la zone euro, et particulièrement ceux qui bordent la Méditerranée, ne doivent avoir qu’une seule priorité : imposer un changement radical de la gouvernance de l’euro, qui place la croissance au cœur de la politique monétaire. A défaut, ils doivent avoir l’imagination et le courage de créer un nouveau système de change  au sein de l’ Union européenne. »

 

Voilà donc une thèse soutenue depuis le début, ici, sur France Rebelle d’une façon, il faut le dire , bien solitaire jusqu’ici.

 

Jean Vespirini montre bien que l’euro, monnaie dont les caractéristiques et la gestion sont le reflet unique des intérêts de l’Allemagne ( voir ici l’article : "L'Europe allemande ou les erreurs de la France" ) , est mortel pour la croissance de notre pays et qu’il est temps de remettre en cause sa gouvernance ou d’en sortir.

 

Souhaitons que cette soudaine liberté d’écorner la pensée euro béate dans l’entourage du Premier Ministre, ne soit pas une simple hirondelle pour un printemps lointain, et laisse présager quelque urgente évolution de nos politiques européennes.

 

Sinon, il ne nous reste qu’à inviter son auteur à rejoindre Nicolas Dupond Aignan quelques semaines, quelques mois......avant Mr Fillon !


Katsumoto

Partager cet article

Repost 0
Published by katsumoto - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche