Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 00:22

Voici qu’une chapelle du Parti Socialiste qui a voté sans sourciller le Pacte de Stabilité après tous les autres traités de l ‘Europe germaine, s’agite contre l’Allemagne et désigne Mme Merkel  à la vindicte du bon peuple de gauche puisqu’elle serait responsable des malheurs de la  France.

 

Cocasses déclarations populistes d’un parti prompt à désigner pourtant, sous ce vocable méprisant, tout ce qui jusqu’ici mettait le doigt sur une des tares fondamentales l’Europe !

 

Aussitôt tout ce que la classe politique compte de vichyssois, de professionnels du renoncement, ou d’euro babas, s’est insurgé contre ces gesticulations  sacrilèges à l’égard de notre voisin modèle d’Outre Rhin.

 

Va-t-on un jour dans ce pays voir revenir au pouvoir des hommes et des femmes  adultes ?

 

Car enfin, peut-on raisonnablement reprocher à l’Allemagne, puissance économique dominante en Europe depuis 100 ans, peuple laborieux et ambitieux,  de faire selon ses intérêts et de s’assurer  le contrôle économique d’une Europe qui absorbe la moitié de ses échanges ?

 

S’il y a abus de position dominante, et il y a incontestablement abus, ne faut-il pas en chercher la responsabilité chez nos propres dirigeants, socialistes ou libéraux, qui depuis 30 ans ont tout cédé par hostilité à leur Nation,  utopie internationaliste ou mercantilisme mondialiste ?

 

C’est Giscard qui a voulu le SME dans lequel le Franc se liait au Mark, c’est Mitterrand qui a fait payer cher à la France la réunification de l’Allemagne avec la récession de 1993 en suivant la hausse des taux d’intérêts sur le mark, c’est lui encore et Chirac qui ont accepté la naissance officielle de l’Europe allemande avec le Traité de Maastricht, c’est Chirac qui a accepté le Traité de Nice qui a mis fin à la parité politique entre la France et l’Allemagne, c’est Sarkozy avec l’appui du PS qui s’est assis sur le rejet de la Constitution européenne par les Français pour  faire voter le Traité de Lisbonne consacrant la domination des thèses allemandes  dont le Pacte de Stabilité est le parachèvement ….. en attendant la prochaine étape « fédéraliste » que tous les ayatollahs de l’euro à l’UMP, au centre et au PS appellent de leurs vœux !

 

Dès Janvier 2009, dans "l 'Europe allemande ou les erreurs de la France", en plein merkozysme triomphant, je montrais ici comment et pourquoi nous en êtions arrivés là et ce qu'il nous en coûtait.

 

La croissance française garrotée par un euro qui n'est qu'un avatar du Deutschemark ne suffit plus à financer un Etat boulimique qui, dès lors, s'enfonce dans les déficits et l'endettement, d'autant plus que droite et gauche s'emploient à accroitre sans cesse la dépense publique!

 

Rien de tout cela n’aurait été possible si la France s’y était opposée ! Rien, si ses dirigeants, par lâcheté, incompétence, ou trahison, n’avaient consenti au renoncement et à l’asservissement !

 

Non ! Messieurs les socialistes en culottes courtes, mille fois non ! Ni Mme Merkel, ni l’Allemagne ne sont responsables de votre coupable faiblesse, de votre insondable sottise, et de votre fourberie éhontée !

 

Fourberie, en effet, car vos propos d’une autre époque,  non seulement  trompent les Français  mais mettent en péril par l’anathème le seul véritable actif  de la construction européenne : l’amitié franco-allemande

 

Savoir dire « Nein » sans contorsions latines inutiles, négocier fermement avec notre voisin d’Outre Rhin, ne jamais renoncer à quoi que ce soit d’essentiel et  savoir proposer une vision  réaliste sur d’évidentes communautés d’intérêts, voilà ce que les Français attendent de dirigeants légitimes !

Entendre une France  intransigeante sur ses intérêts  mais fiable,  déterminée mais constructive, dotée d’une vision concrète de l’Europe où  nos deux pays s’équilibreraient en respectant leurs différences, voilà ce qu’accepteraient avec respect, et même soulagement,  les Allemands !

 

En l'espèce le seul débat résolu  avec l'Allemagne est  l'euro  qui  ne peut être aussi fort que le Deutschemark,  la BCE qui  ne peut être la copie de la Bundesbank avec pour seul objectif l'inflation, et l'UE  qui ne peut être une passoire....l'austérité et la croissance sont les effets , pas les causes!

 

Mais aucunement les jérémiades d’une poignée de « bonnets d’ânes »  chétifs  lorsque sonne la fin de  la « récré » !

 

L'Allemagne s'est débarassée  voici 20 ans du  mur de la honte...

 

 Et toi, ma pauvre France, quand feras tu tomber ton  "mur des cons" ?

 

 

Roger Franchino

Partager cet article

Repost 0
Published by Roger Franchino - dans politique
commenter cet article

commentaires

impatient 02/05/2013 14:07


Notre seul salut est dans l'espoir qu'un homme politique se lève avec assez de charisme pour remettre en cause ces traités qui nous tuent à petit feu. L'Europe telle qu'elle a été bâtie est un
piège mortel qui se referme sur nous, nous asphyxiant jour aprés jour. Notre grand pays se meurt, vendu par quelques nains incompétents serviteurs zélés de leur propre ambition ayant trahi
depuis longtemps leur patrie. Il faut sortir de cette Europe et rebâtir une autre Europe avec de vraies frontières physiques et douanières.

Roger Franchino 02/05/2013 14:31



Vous résumez très bien l'enjeu et les conditions d 'un sursaut. Oeuvrons y!



Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche