Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 16:24

L'OIT, Office International du Travail  pourtant d'inspiration très libérale,vient de montrer du doigt la responsabilité de la politique "déflationnsite"  de l' Allemagne dans la crise actuelle de la zone euro en déclarant:


"La réduction des coûts du travail par rapport à ceux de ses voisins au cours des dix dernières années a mis sous pression la croissance de ces derniers avec des conséquences négatives sur la soutenabilité de leurs finances publiques " et   "Plus grave encore, les pays en crise n 'ont pas pu utiliser le moteur des exportations pour compenser la faiblesse de leur demande domestique puisque leur industrie ne pouvait profiter d'une demande intérieure allemande plus forte "... Ainsi par exemple la consommation allemande a cru de 1% en moins chaque année que celle de ses voisins!

 

En réalité l'Allemagne a maintenu des salaires nationaux élevés dans l'industrie manufacturière exportatrice , là où le "made in Germany" dans ses secteurs d'excellence s'impose sans difficulté grâce à son  image et à la sous traitance à bas coûts en Europe Centrale  , tandis qu'elle a écrasé sa consommation interne avec les petits boulots sous payés qui peuplent surtout les services.

D'un côté elle s 'est servie des marchés de ses voisins pour ses exportateurs, de l'autre elle a contenu ses importations en déprimant sa demande interne.

Elle a donc mené une politique "non coopérative" au service de ses seuls intérêts en Europe, s'appuyant en cela sur la BCE qu'elle inspire et qui a soutenu  à la fois une politique restrictive et un euro fort l'une et l'autre contribuant plus encore à étouffer le dynamisme industriel de ses voisins!

 

Ce que nos économistes de  la pensée unique attribuent à des vues de souverainistes dépassés en France est donc mis en exergue par une institution de l'ONU  peu suspecte en ce domaine !

 

En réalité, il faut redire une fois encore ici qu'il ne saurait être question de faire grief à l'Allemagne de jouer ses intérêts, mais bien de soutenir une fois encore que la seule responsabilité en revient aux dirigeants, tous horizons confondus, de la France qui ont accepté depuis si longtemps de soumettre  les nôtres à ceux de notre voisine au nom d'une monnaie collée de force sur des réalités économiques et culturelles excessivement différentes.

 

La conséquence logique à cela est évidemment qu'il ne peut y avoir d'issue à la crise vécue par la France et bien d'autres sans remise en cause de cette allégeance, de l'euro tel qu'il est, et de l'Europe qui apparait de plus en plus comme une sorte de protectorat économique au service d'un seul.

Nous sommes donc loin d'un fédéralisme qui ne serait que la reconnaissance politique de ce protectorat que tente d'établir Mme Merkel avec un controle de fait de des budgets de ses voisins.

 

La conséquence pour les électeurs Français est qu'il seraient bien avisés d'interpeller les candidats à la Présidentielle sur ce sujet qui commande tous les autres,  de se défier de celui du PS qui puise son inspiration chez  Mitterand  qui voulut Maastricht et rêve d'Europe fédérale avec ses écolos, de ceux du Centres qui furent de toutes les concessions à l'Europe allemande, ou du sortant qui  vient d'abandonner la souveraineté sur notre budget  dans l'espoir de sauver un euro qui  étouffe et n'a de cesse de nous aligner sur Berlin avec   "règle d'or" ou fiscalité.

 

Il reste des nationaux...

 

Il y a l'autre Nicolas...

 

Roger Franchino


 



 


 



Partager cet article

Repost 0
Published by katsumoto - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche