Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 20:17

Ainsi  la très British Mme Lagarde vient de confesser de bien peu diplomatiques reproches  à l'Allemagne via le Financial Times.

L'Allemagne , notre partenaire privilégié dans la construction européenne, profiterait de la consommation de ses voisins  pour soutenir son activité tout en exerçant une pression constante sur ses coûts pour assoir sa compétitivité.

Oui, l'Allemagne dispose d'une industrie traditionnellement puissante, concentrée sur des biens d'équipement et une image uniques dans le monde,soutenue par une qualité renommée, et par une cogestion  de fait associant  travail et  capital dans une ambition commune.

Faut il reprocher les résultats d'une volonté et d'un  travail constants ?

En regard, l'industrie de la France periclite depuis 30 ans, perdant 2 millions d'emplois, voyant sa part dans la valeur ajoutée du pays reculer de 24% à 14%.

L'Allemagne est elle responsable de cette dégringolade ?

Evidemment, non!

La France n' a jamais comblé l'écart industriel  de la fin du 19 ème siècle avec son principal concurrent.

Ses fabrications, moins spécialisées, dotées d'une image plus incertaine et d'un capitalisme peu consensuel restent très sensibles aux prix.

La vérité est que l'ambition gaulliste de faire du pays une grande puissance industrielle, s'appuyant sur une démographie porteuse quand celle de nos voisins décline , a été abandonnée sur l'autel  d'un euro surévalué pour nous,  tout autant que l'eut été le Deutschemark.

Et c'est bien là que le bas blesse pour la France!

Des critères de Maastricht qui bloquent la croissance, un taux de change de l'euro qui convient à l'industrie allemande mais étouffe la nôtre, tout comme celle de l' Italie.

Faut il reprocher alors à l'Allemagne d'avoir su défendre ses intérêts?

Non , de toute évidence!

En revanche que dire de tous ceux qui de Giscard à Sarkozy, en passant par Mitterand  et Chirac ont sacrifié les nôtres sur l'autel d'une Europe  soumise aux diktats de la BCE Bundesbank et de l'euro mark?

L'Allemagne a gardé le sens national quand nous avons l'avons perdu.

Alors, ne nous trompons pas de diagnostic.

N'en déplaise à la très européenne Mme Lagarde, l'Allemagne n'a bénéficié, comme en d'autres temps,  que de nos propres démissions.
 
Et puisque Mme Merkel suggère que les "non vertueux" quittent la zone euro, ayons le courage de la prendre au mot si l'euro doit rester le mark !

Avant qu'il ne soit  trop tard pour nos dernières usines.. chère Mme Lagarde!

Katsumoto


Partager cet article

Repost 0
Published by katsumoto - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche