Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 17:00

Ce début d’automne 2012 sent  l’automne 1939 pour ceux qui connaissent leur  Histoire, fort peu nombreux il est vrai, ou pour les témoins encore vivants de ce temps des illusions , des menaces, et des avachissements de la société.


Que voit-on au gouvernement ?

D’un côté un Président élu sur l’anti Sarkozy  qui mène pour un part essentielle la même politique de soumission à l’Europe allemande avec le pacte de stabilité budgétaire , l’austérité, le recours aux marchés pour financer la dette, la déréglementation « de gauche » du marché du travail

Les conséquences seront les mêmes que sous le règne précédent : faible croissance ou récession, délocalisations, chômage, déficit aggravé des échanges extérieurs, appauvrissement de l’Etat, et dette toujours plus contraignante.

Mais il l’aggrave car il continue de penser que l’on peut dépenser plus que l’on a…au lieu de réduire la dépense publique truffée de gaspillages tels les 50 milliards€  annuels à des agences d’Etat épinglées par la Cour des Comptes parce qu’elles ne servent à rien, qui excède de 165 milliards € celle de l’Allemagne pour 17 millions de citoyens en moins, de supprimer les départements en  doublon avec les régions et les communes, il se fait gloire « de ne pas l’augmenter d’un euro »…

Pire, il retourne aux vieux corporatismes et au clientélisme de la gauche soixante huitarde en recrutant 40 000 enseignants supplémentaires sous employés avec 25H de travail hebdomadaires, quand l’Education Nationale est devenue une administration pléthorique, mal gérée et  de plus en plus inefficace comme en attestent le niveau d’illettrisme en croissance constante et le recul du niveau des petits Français dans les classements internationaux.

Il va ponctionner les Français de 20 milliards €  supplémentaires, ménages et entreprises, pour continuer de financer gaspillages ,  sinécures,  assistanat.

Pour cela tout est bon dans la social démagogie, avec la taxation de 20% de l’intéressement et de la participation qui associent les salariés aux résultats de l’entreprise, en remettant en cause les emplois à domicile, en rognant  les retraites, en lançant des ballons d’essai sur la taxation des livrets A, en alourdissant la fiscalité des auto entrepreneurs souvent dernier refuge des chômeurs, en s’attaquant à la médecine libérale… et pour que les cocus de la présidentielle se réveillent le plus tard possible, on leur promet que tout sera réglé en 2014 ou que les 1000 plus haut revenus de France auront une tranche d’imposition à 75%...

Non contents de  fuite en avant  européenne et économique, les illusionnistes du PS tentent diversion en s’attaquant aux fondements de la famille et de la Nation.

Contre la famille, les homos vont pouvoir se marier plutôt que se pacser, et, pire, adopter des enfants…qu’est ce qui autorise nos ex barbus à prendre le contrepied de la nature qui a voulu qu’un enfant soit élevé par un homme et par une femme, l’un complétant l’autre de ses caractéristiques propres ?Se prennent-ils pour Dieu ces complexés des lois naturelles qui, par ailleurs, nous rebattent les oreilles d’une écologie souvent primaire ?

Contre la Nation, non contents de conspirer à sa dilution depuis 50 ans avec l’Europe et l’immigration sans République, ils veulent donner le vote aux étrangers pour les élections locales , assoiffés d’assoir  une nouvelle clientèle comme il l’ont fait à l’Education Nationale et dans la fonction publique en général….75 députés PS oeuvrent en ce sens, l’œil rivé sur « leurs » municipales de 2014.

Nous sommes en ordre de bataille pour redresser la France disent- ils ,  mais comme nos armées  en 1939,  nous sommes dépourvus de vision, de moyens, et surtout de chefs patriotes.


Voit-on un recours dans l’opposition ?

Du côté de l’UMP, on prend les mêmes pour recommencer les délires libéraux , fédéralistes, dans un parti caporalisé par une poignée de carriéristes.

Fillon , pince sans rire au cynisme britannique , invoque une fois de plus le « gaullisme social » , l’un comme l’autre lui étant devenus étrangers depuis si longtemps que nul ne s'en souvient.

Coppé, plus direct , se revendique de la droite conservatrice française à peine moins bornée que celle de  Mitt Romney , candidat de l’absurde aux USA.

Et les godillots de l’ UMP vont emboiter le pas à l’un des deux …. Sans broncher !

 Ailleurs tandis que Bayrou est à la trappe,  Borloo tente de ressusciter un parti de droite baptisé centre parce qu’il dit la même chose que l’UMP  sans rouler les mécaniques…

Les uns et les autres, parti du renoncement de droite  ou parti gauche du renoncement nous gouvernent depuis 1974, avec les résultats que l’on sait, et ne renieront pas leurs erreurs, tant qu’elles ne leur couteront pas leurs postes ou leurs espoirs de retour aux commandes, fut ce d’une province européenne autrefois appelée France.  


Reste-il alors des patriotes ?

Le Front de Gauche en compte beaucoup, mais il s’est fourvoyé parce qu’idéologiquement il ne veut pas voir qu’il n’ y a pas de classe populaire européenne, que l’internationalisme n’a aucun sens, et que la Nation qui commande le sort des travailleurs n’est aujourd’hui défendue  que par d’autres patriotes qui se trouvent minoritairement au PS, et majoritairement au FN !

Le FN  poursuit son aggiornamento idéologique cahin-caha,  encore partagé entre les nostalgiques de l’antisémitisme, de l’Algérie Française, et ceux qui veulent un renouveau ferme mais moderne  de la société et du pays. Tant que les scories du passé n’auront pas été passées par-dessus bord, le FN restera en procès d’excommunication démocratique. A Marine le Pen d’achever la tâche entreprise.

Les gaullistes enfin se cherchent , dispersés ou dans un petit mouvement, DLR, qui a soutenu un candidat à la présidentielle. Un espoir certes, mais fragile s’il reste sur les terres exclusivement souverainistes de De Villiers, ou s’il apparait comme une pâle copie du FN. La souveraineté nationale commande bien des choses, mais les Français attendent un projet de société plus vaste qui leur rende l’espoir, leur montre une vision de l’homme au sein de la cité et de l’entreprise pour cesser de se faire balloter , flouer, écraser, et pour retrouver l’âme du combat nécessaire au redressement du pays.


« Il n’ y a qu’une cause qui vaille, celle de l’Homme » disait le général De Gaulle.  C’est pour cela, mais aussi parce que le monde va plus vite, parce que l’intelligence est plus exigeante, parce que l’implication de tous doit être mobilisée et parce que les technologies modernes condamnent les systèmes pyramidaux et autistes, que le développement de la participation  partout doit être plus que jamais au cœur du  projet. Les gaullistes d’aujourd’hui en sont- ils capables ? De la réponse dépendra leur renaissance politique ou non.


Ainsi va la France en cette rentrée…la débandade partisane ne présage rien de bon.

 

Roger Franchino

Partager cet article

Repost 0
Published by katsumoto - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche