Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 22:14

"Je vous le dis en vérité  mes chers compatriotes" …ainsi a parlé le Président Candidat devant un parterre de fidèles communiant dans la croyance plutôt que dans l’analyse.

Je vous le dis en vérité, vous avez pêché et vous devez donc faire pénitence comme le demandent les marchés et  Sainte Angela..

Soyons sérieux !

Le Président Candidat a certes asséné quelques vérités  sur le laxisme public depuis des lustres, sur le partage de la pénurie de travail avec les 35 heures et la retraite à 60 ans, sur les phantasmes du PS ou des Verts, le parti de l’étranger.

Il  a expliqué que la diablerie est à chercher dans la mondialisation, l’ouverture à tous vents  de l’Europe,  la globalisation financière qui a nourri la dette, passant sous silence qu’il  s’est lui-même damné en soutenant une Europe toujours plus diluée et déréglementée , les transferts de compétences à une Commission dominée par l’ ultralibéralisme , et les traités de même inspiration  de Maästricht à Lisbonne.


Mais il se trompe une fois encore !

Oui, la mondialisation a mis nos économies sous pression, oui le libéralisme naïf à nos frontières a trahi  nos intérêts, mais c’est notre stagnation économique depuis 40 ans qui a causé l’envol des déficits, et c’est l’accrochage du Franc au Deutschemark puis l’euromark qui en est la cause principale. 

La rigueur budgétaire nécessaire pour assainir les comptes de l’Etat ne peut être tenue sans faire sauter la contrainte monétaire, sauf à choisir la récession voire la dépression.

Laval en fit l’expérience en France hier, la Grèce , l’Espagne et l’Italie en font la démonstration aujourd’hui.

Il n’ y a pas d’autre issue que de dévaluer l’euro pour retrouver notre compétitivité, reconquérir des marchés extérieurs , et défendre notre marché intérieur. Le monde entier le sait et le pratique, de la Chine aux USA en passant par le Japon ou la Grande Bretagne.

Il n’est pas jusqu’à la Suède qui vient de nous en donner la leçon en vendant 22 chasseurs Grippen à la Suisse à  50 millions € la bête quand le Rafale beaucoup plus moderne est allé au tapis à 110 millions € l’unité : avec un euro dévalué de 30% , nous parlerions de l’équivalent de 80 millions € , c’est-à-dire  de différences technologiques justifiables.


Mais voilà, l’Allemagne n’en veut pas car l’euromark  est sa monnaie, et son économie y est adaptée.

Et le discours du Président Candidat ne fait que confirmer que ce que j’ai décrit ici dans «  Crise de l’euro : ce que prépare l’Allemagne… » est en passe de se réaliser.

Nous unir plus étroitement à l’Allemagne veut dire en réalité continuer de subir le l'euro-deutschemark comme monnaie, mettre sous contrôle d’une puissance à la démographie déclinante qui n’a que 6% de chômage notre politique budgétaire alors que notre population croît et que nous avons  10% de chômeurs déjà avant la récession qui se profile !

Quant à prétendre que la France est trop petite pour exercer seule  sa souveraineté et ne saurait la retrouver qu’en  abandonnant ce qu’il lui reste d’autonomie à une Europe prétendument repensée, c’est un sophisme d'une évidente malhonnêteté.

Non, la souveraineté ne se défend pas en remettant les clés de la politique budgétaire du pays à d’autres après avoir cédé la monnaie !

Non, il n’ y a pas convergence avec l’Allemagne, mais alignement !

Cette politique n’est que l’approfondissement du pêché originel que fut l’alignement du Franc sur le Deutschemark, puis l’euro !

Non, il n’est pas vrai que la France ne puisse pas choisir une autre voie que se laisser aller à une sorte de Münich rampant !

Non, Messieurs Fillon , Lemaire & Cie, affirmer cela n’est pas de la germanophobie !  C’est votre  politique, celle du parti du renoncement  ( UMP, PS, Centre) , qui est de la francophobie depuis 40 ans !

Non, la misère ne nous guette pas si nous revenons sur nos errements passés  et si nous faisons comprendre à l ‘Allemagne que l’amitié n’est pas la soumission  à ses seuls intérêts , au dogme de l’euro fort, de la BCE indépendante et de son unique objectif de lutte contre l’inflation.

Alors je vous le dis en vérité, ne prêtez pas l’oreille à Saint Niklaus  et  ses apôtres,  de gauche et de droite, qui vous prêchent pénitence et renoncement pour servir sa majesté le veau d’or euro et  Francfort  !

Sinon vous connaitrez l’enfer  à  mesure que la France et vos libertés se perdront !

 

Roger Franchino

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by katsumoto - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche