Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 08:34

Hier soir c’était au tour de Hollande de tenter la séduction à « des Paroles et des Actes »  sur Antenne 2.

Le candidat, tout en rondeur,  s’est efforcé d’enfermer les Français dans la dialectique qui fait son affaire depuis le début : «  puisque vous en avez marre  de Sarkozy et  que l’unique alternative c’est moi, peu importe mon programme  qui est ce qu’il  vous plaira…Votez pour moi »

Du coup, Copé qui a  vu la faille, tout comme François  Lenglet et  les  autres journalistes, a eu beau jeu de retourner  sur le grill avec  cruauté  la tulipe Hollande qui fit bien souvent peine à voir au milieu de ses vœux pieux et de ses contradictions..


Sur la partie économique, le candidat PS soutint que le rétablissement des comptes du pays passait aussi par la croissance et non  pas seulement par l’austérité  comptable chère à Copé , ce qui est marqué du sceau du bon sens. Reconnaissant  sous la pression que  son programme ne permettrait pas de rétablir l’équilibre budgétaire prévu en 2016 si une  croissance supérieure  de 50% au niveau  estimé par l’OCDE  n’était pas au rendez-vous, il promit de ne signer le pacte budgétaire Sarkozy Merkel que si un volet croissance était  introduit.

Pourtant en bon européen béni-mais-oui, signataire de tous les traités de soumission,  il refusa de parler d’ultimatum en cas de refus de nos partenaires allemands, laissant déjà percer une résolution  pour le moins vacillante !


Alors quel volet, avec quels moyens ?

Un emprunt européen pour des investissements d’infrastructure et en énergies renouvelables, un emprunt de la BEI pour financer les innovations, et la formation….

Bien entendu l’Allemagne qui ne veut pas d’endettement supplémentaire se rangerait par quelque miracle à son avis , et le financement de quelques innovations  suffirait à relancer la croissance immédiatement..

C'est à Lourdes que le candidat devrait tenir son prochain meeting!


Quels montants d’emprunts seraient nécessaires pour augmenter de 50% le taux de croissance en Europe ?La question ne fut pas même posée !

En quoi ces emprunts rendraient ils nos entreprises plus compétitives face à leurs concurrentes allemandes  pour résorber une part importante de notre déficit extérieur ? Question qui tue, ignorée !

En quoi ces mesures qui nous échappent permettraient elles de réindustrialiser la France, de mettre fin aux délocalisations, de rétablir une concurrence loyale face au dumping qui nous inonde de produits à bas coûts ?Question soigneusement éludée !


Bref, l’hypothèse de croissance qui conditionne le programme de Hollande ne repose en vérité que sur l’incantation  européenne et sur une soudaine bonne volonté  de l’Allemagne qui a démontré tout le contraire ces 20 dernières années !Ce programme  est en verité mort-né.

Tout se passe comme si  Hollande avait l’intuition que sans croissance rien n’est possible, mais  ne voulait pas aller au bout  des causes de l’anémie européenne qui remettrait en question une monnaie surévaluée responsable de l’étouffement de nos exportations et de l’explosion des délocalisations, une Europe passoire ouverte à tous les vents de la mondialisation. Ce serait en effet reconnaitre qu'il fut de ceux qui nous ont fourvoyé dans cette impasse.

Le faire plairait certes à Mélanchon , Chevènement et Montebourg   mais aliènerait  Aubry, Guigou, Lang, et Sapin , sans parler des Joly, Cohen Bendit et Mamère  dont les voix comptent pour l’élection !


Occultant les causes de notre déclin économique, sa politique d’équilibriste politicien  condamne  toute possibilité de redressement de la France, tout autant que celle de Sarkozy et des gouvernements UMP , Centre et PS qui dirigent le pays depuis 30 ans.

Nous le répétons régulièrement ici car chaque interview des candidats issus de ces partis, ne fait que confirmer leur myopie coupable, et leur renoncement.

Ce renoncement fut illustré encore sur le retour dans l’Otan assumé par Copé,  mais dissimulé  par un Hollande  au double langage qui  se claironne contre sans s’engager pour autant à quitter l’organisation une fois arrivé au pouvoir !


Ce candidat,   Janus souriant aux convictions à géométrie variables et à la détermination chancelante, est en réalité une illusion d’alternative à Sarkozy.

Ce n’est  pas le Président qu’il faut pour redresser la France tant qu’il est  temps encore.

Pour cela, il n’est d’autre issue que  d’attaquer les racines du mal que sont la monnaie unique et le détournement de l’idée européenne qui commandent tout le reste!

Depuis hier un vote utile  est  possible…708 maires de France  en  ont offert la chance avec le parrainage de Nicolas Dupont Aignan qui sera la voix réaliste d’une France Libre pour une France à nouveau prospère.

 

Roger Franchino

Partager cet article

Repost 0
Published by katsumoto - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche