Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 10:42

Nos ministres des finances et notre Strauss Kahn futur candidat ont accouché ce week end d'un plan de sauvetage de l'eurozone en brandissant 750 milliards € mobilisables pour soutenir les Etats déficitaires pendant 3 ans, tandis que Trichet la rigueur avalait la couleuvre  en acceptant que la BCE brade son "indépendance" en rachetant des obligations d'Etat et donc en faisant marcher la planche à billets inflationniste.

 

Fort bien... le danger d'un éclatement de la zone euro est donc écarté momentanément, et les "marchés" peuvent empocher les profits réalisés ces deux dernières semaines.

 

Le danger est il définitivement conjuré? quelles sont les conséquences des décisions prises?

 

Sur le premier point, on ne voit évidemment pas en quoi fondamentalement les choses auraient changé dans l'immédiat.

Les Etats dits forts de la zone se sont portés au secours des faibles, non par solidarité, mais par crainte de voir la zone éclater.

 

Pour autant les mêmes forces souterraines restent à l'oeuvre: les structures économiques restent très différentes , l'euro trop fort, la croissance trop faible, et les déficits élevés.

 

Donc,  tôt ou tard les mêmes forces se manifesteront à nouveau, sauf à ce que l'Europe change résolument de cap comme cela a  été exposé régulièrement ici.

 

Les décisions prises ce week end pourront d'ailleurs , suivant les orientations suivies dans les prochaines semaines,  soit accélerer la prise de conscience soit tenter de contraindre plus encore ces forces.

 

Le rachat des dettes souveraines par la BCE, suivant l' ampleur de la création monétaire, est de nature, en relançant quelque peu la hausse des prix, à participer à la baisse de l'euro et donc à la croissance en Europe;

 

En revanche, si cela s'accompagne d'une rigueur imposée plus forte sur les déficits des Etats , alors la croissance fera place à la stagnation voire à la prolongation de la récession.

 

Les décisions prises dans l'urgence pour éteindre l'incendie doivent s'accompagner maintenant des changements de fond déjà préconisés: pacte de croissance plutôt que de stabilité, politique monétaire compétitive, préférence communautaire, partage avec les importations du poids de la couverture sociale et réduction parallèle du coût du travail en Europe, contrôle des  systèmes bancaires.

 

Nous en sommes loin, mais cela se fera , à froid ou à chaud, car c'est dans la nature des choses.

 

Combien alors, pour le retour de la prospérité?

 

 

Katsumoto

 

 

 

 

 

 

                                           

Partager cet article

Repost 0
Published by katsumoto - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche