Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 18:28

Voici donc la Sainte Inquisition bruxelloise qui une fois encore nous menace de procès en déficit sous la houlette de l’ineffable Barroso, après avoir pris ombrage des mesures de protection de notre industrie automobile

 

Non contente d’avoir soutenu la politique imbécile de l’euro fort qui,en bridant notre croissance en période d’expansion mondiale, a largement contribué au  creusement des déficits et à l’augmentation de la dette, non contente de s’être montrée totalement inutile dans la gestion de la crise, la voici, drapée dans son incroyable arrogance, qui revient  tenter de nous soumettre comme ces émigrés de la Restauration qui n’avaient rien compris ni rien appris.

 

Laissons de côté ces sottises passéistes : Maastricht et ses critères sont  morts avec cette crise…en silence.

Certes sans enterrement officiel, mais le cadavre se décompose déjà.
 

Reste la question de la dette que nous accumulons partout en Occident pour tenter d’échapper à la dépression.

 

Dire cela, c’est reconnaître que sans intervention massive des Etats, nous nous exposerions à une catastrophe économique et sociale dont les conséquences pourraient jeter à nouveau les peuples les uns contre les autres.

 

Ce danger écarté espérons le, il faudra néanmoins rembourser un jour cette dette.

 

Tout dépendra d'abord de notre capacité  à dégager des excédents de balance des paiements, c’est à dire des excédents commerciaux substantiels.

Ceci ne sera possible que si nous avons encore une industrie dynamique, et  serait hors de portée si les dolocalisations  se poursuivaient.

Pour favoriser la première et éviter les secondes,  il faut  une politique monétaire accommodante  et  un change de l’euro compétitif pour soutenir nos produits et services sur des marchés mondiaux dominés par des monnaies agressives, du Dollar au Yuan en passant par le Yen et la Livre

.

Enfin nous devons avoir la volonté de  lutter contre le dumping fiscal ou social de certains pays dans l’UE comme à l’extérieur.

 

Choisir cette voie, contraire à la mondialisation voulue par Bruxelles,  serait celle de la sagesse et du bon sens pour l’ensemble de l’Europe.

Y renoncer,  contraindrait nos enfants  soit à l’austérité et à la disette pendant de longues années, soit  à l'aventure politique.

 

Laisser filer l’euro sera la tendance naturelle des marchés au vu du montant de la dette  européenne  sauf si la BCE  vient  la contrarier par des taux d’intérêts élevés.

La chance de l’Europe cette fois ci , est que l’Allemagne,  qui nous a imposé  trop longtemps sa politique monétaire, pourrait avoir enfin intérêt à une baisse de l’euro pour rembourser sa propre dette.

La France doit  veiller au plus tôt à ce que la BCE soit réformée en ce sens, car notre endettement en euros  nous enferme dans un piège mortel, excluant pour longtemps l’option d’un retour à une monnaie nationale.

C’est une conséquence très lourde mais jamais évoquée de cette crise qui va peser sur  la maîtrise du destin national.

 

 

La lutte contre le dumping fiscal et social suppose d’imaginer les moyens de traiter fiscalement de la même manière les produits fabriqués en Europe et ceux importés d’ailleurs : la TVA sociale peut être une des voies.

Une plus grande responsabilité de nos entreprises à l’égard de la collectivité peut  en être une autre : elle passe par l’actionnariat et la  représentation des salariés dans les conseils d’administration.

 

Bien évidemment , cette  lutte contre le dumping doit commencer un assainissement au sein de l'UE , et notamment par la mise au pas d’adhérents d’Europe Centrale aussi  assistés qu’arrogants comme le montrent les revendications « anti protectionnistes »  des Polonais et des Tchèques.

 

Une manière de dire, à l’aube des prochaines élections européennes, que le combat contre le traité de Lisbonne qui  reconnaît trop de  pouvoirs à ces pays auxiliaires , doit être poursuivi avec détermination.

 
Il y va de l'avenir de nos enfants!

Katsumoto 

Partager cet article

Repost 0
Published by katsumoto - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche