Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 13:22

Monsieur le Président,

 

Comme chacun, je sais que la crise financière est au premier rang de vos préoccupations .

 

Sans prétention , mais parce que je suis cadre dirigeant d’un groupe international et aussi passionné d’Histoire, je me permets de suggérer quelques pistes.

Certaines sont européennes, même s’il conviendrait de se montrer déterminés à passer outre pour la plupart,  seul ou avec quelques autres, en cas de blocage dogmatique .

 

1)      Rétablir la confiance dans le système financier

 

- une baisse immédiate et sensible des taux d’intérêt de la BCE est nécessaire afin de réduire le coût de l’argent  tout en poursuivant l’injection de liquidités.

 

- en France, l’Etat doit afficher sa volonté de devenir  l’actionnaire de référence des principales banques (acquisition d’actions par la CDC par exemple) et compagnies d’assurance. Cette mesure qui rendrait l’Etat actionnaire à bon compte aux cours actuels présente deux avantages :

 

 - d’une part, montrer qu’il aura désormais un droit de regard sur la gestion en plus d’être un  garant.

-  d’autre part, enrayer la chute des actions des banques puisqu’il se garderait de préciser dans quels délais et jusqu’à quel niveau  il serait prêt à monter.

 

 

2)      Relancer la demande en Europe par de grands  investissements en  énergies renouvelables, et redonner de la compétitivité sur les marché extérieurs.

 

- La mesure phare pourrait être de lancer à l’échelle européenne de grands travaux d’équipement et de développement dans les énergies renouvelables.

 

Ces investissements devraient être financés par un grand emprunt européen sur une période longue ( 20 à 30 ans), garanti par l’UE.

Attribués à chaque pays membre à due proportion de son poids économique, ils devraient être soumis, pour l’attribution des marchés aux entreprises, à la préférence

communautaire.

Les économies attendues sur les importations de pétrole et de gaz  qui devraient  mesurer le retour sur investissement attendu, serviraient à rembourser tout ou partie de l’emprunt.

- cette relance par la demande intérieure devrait être complétée par une politique de baisse de l’euro afin de rétablir la compétitivité des produits européens sur les marchés émergents et de freiner les délocalisations.

 

- pour soutenir le dynamisme de ses entreprises , la France devrait baisser l’impôt sur les sociétés à 30% ce qui la rapprocherait de ses grands concurrents européens.

 

 

3)      Renforcer le pouvoir  des entreprises face aux excès des marchés financiers

 

Ces dernières années le entreprises ( management , salariés, petits actionnaires ) ont été soumises à la dictature des résultats de court terme ou à des appétits purement spéculatifs.

 

Une des façons de contribuer au développement de long terme et à la stabilité des entreprises serait de renforcer les capitaux propres et le pouvoir des salariés en incorporant la participation.

 

Cette transformation , si elle était réalisée actuellement, permettrait d’attribuer aux salariés une part significative de capital à bon compte, et de les rendre collectivement propriétaires d’une part de leur entreprise.

 

Cette mesure devrait s’accompagner d’une représentation obligatoire dans les Conseils d’Administration.

 

4)      Renforcer l’Etat en l’assainissant.

 

L’Etat devant , à l’avenir, retrouver son rôle de régulateur et d’animateur sur les grands choix collectifs , on devrait pouvoir réduire tout ce qui n’a pas de valeur ajoutée sociale ou économique.

 

-         simplification des structures : suppression des départements  et renforcement du pouvoir des régions à l’instar de tous les grands pays industrialisés,  avec économies correspondantes ( effectifs, fonctionnement..).

 

-         Réduction  ou suppression de dépenses  non vitales ( interventions militaires extérieures, culture, …) ou  liées au train de vie de l’Etat et des collectivités

( investissements  et frais de fonctionnement, pseudo urbanisme, prestige...)

 

Bien évidemment l’ensemble de ces mesures exige un changement radical des orientations économiques de l’UE, avec notamment l’acceptation d’un moratoire sur les critères

dits de Maastricht.

 

 

      Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, mes respectueuses salutations.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by katsumoto - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche