Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 15:43

10 parachutistes français  à peine arrivés, aussitot abattus en Afghanistan, 21 autres bléssés....La peine des familles et celle des Français commande évidemment la pudeur.

Mais les honneurs rendus, que pouvait dire notre Président à ceux qui ont perdu un fils, un frère, un père?

Car enfin, pourquoi ces jeunes gens ont ils été sacrifiés, et pourquoi d'autres le seront  ils inévitablement dans les semaines et mois à venir?

Pour que les Afghanes aillent à l'école comme le prétendait une première fois Mr Sarkozy que je raillais ici dans " Grand Oral : Dommage Mr Sarkozy", et pour qu'elles ne portent plus la burka?
Mais sait on au moins ce qu'elles veulent, les Afghanes? 

Et si  nos paras doivent mourir pour l'école des petites afghanes, va t'on aussi les faire tuer  pour les petites saoudiennes, yemenites, iraniennes etc...?

S'agit il encore de mettre fin au terrorisme et à Al Quaida? Dans ce cas , où est le tribunal international  chargé de juger Oussama Ben Laden , d'exiger des  monarchies du Golfe  qui le protègent de le livrer ? Septembre 2001: 7 ans ont passé et Oussama Ben Laden , ennemi pulic N°1 de l'Amérique presque tombé dans l'oubli , court toujours...  Quelque parfum de pétrole troublerait il  le flair des "services spéciaux" à sa poursuite ?

On voit bien la légéreté de l'argumentation  présidentielle .Plus léger et irrresponsable est encore notre engagement miltaire.

Qui peut en effet  croire que dans ce pays de clans , de trafiquants de drogue et de seigneurs de la guerre,  de longue culture musulmane et rebelle, de reliefs montagneux , de défilés sauvages et  de sommets inaccessibles, truffé de pièges naturels, nous pouvons gagner contre une guérilla  qui a mis à mal tous ses envahisseurs , depuis les armées coloniales britanniques jusqu'au corps expéditionnaire soviétique fort de plusieurs dizaines de milliers d'hommes?

Non, la réalité est que nous servons de supplétifs aux errements et aux difficultés d'une administration américaine aussi impériale et  ignorante de l'Histoire des peuples et de la Géographie qu'elle est désormais incapable d'assumer ses phantasmes de shérif.


Cette guerre, pas plus que celle en Irak, ne peut être gagnée par les armes et par l'Occident : pis ,chacun de nos coups de mains victorieux attise l'hostilité des masses musulmanes, chacune de nos défaites affaiblit notre image et suscite de nouveaux fanatismes.

Que l'Administration finissante de Bush ,toute à ses croisades, reste aveugle et ne veuille entendre  raison est fâcheux, mais que la France qui devrait pourtant bien connaitre les mondes musulmans, se soit engagée dans ce bourbier est  contraire à ses intérêts , à sa vocation, et au delà de ses capacités.

Contraire à ses intérêts et vocation car  nos soldats paient en réalité ,là bas, les premiers effets de l'alignement atlantique d'un président qui veut donner des gages à l'Amérique tandis qu'au delà du discours sur l'Union méditérranéenne,  il laisse  la Chine  et les USA nous supplanter dans notre zone d'influence traditionnelle qu'est l'Afrique.

Au delà de nos capacités militaires, car avec 1,7% du PIB consacré à des armées aux matériels à bout de souffle, à une marine contrainte de se contenter d'un seul porte avion, nous n'avons plus les moyens de nous disperser.


Au même moment, dans le Caucase, la Géorgie s'est enflammée sur un coup de tête, probablement téléguidé, de Mr Saakachvili venu défier l'ours  russe dans sa tanière en tentant soumettre une province majoritairement russophile.

Ce qui était prévisible est donc arrivé. Les Russes , qui ont conquis la Géorgie en 1801 et s'en sont retirés seulement avec la fin de l'URSS, ont riposté comme on pouvait s'y attendre en envahissant ce qu'ils considèrent comme une part de leur pré carré ( un certain Joseph  Djougachvili   plus connu sous le nom de "Staline"en est issu, ne l'oublions pas...)

L'Occident a unanimement protesté, grogné, gesticulé....et notre Président s'est précipité drapeau de l'UE sous le bras pour tenter de jouer les premiers rôles et éventuellement les bons offices.
Reçu poliment mais froidement  par Mr Medvedev, il lui a probablement été signifié que si un cessez le feu était négociable,  la place de la Géorgie ne l'était pas.  Indépendante peut être, mais pro russe plutot que dans l'OTAN...tout comme l'Ukraine comme il apparaitra bientot , inévitablement.

On peut le regretter, mais quelle serait la réaction des USA si le Mexique ou le Canada signait un pacte militaire avec la Russie, et si cette dernière installait un bouclier anti missiles à Cuba et Saint Domingue ?

En réalité, une fois encore l'Amérique  et ses "alliés", feignent d' ignorer l'Histoire et la Géographie au nom d'intérêts stratégiques mal compris, et d'une conception des droits de l'homme quelque peu accomodante s'agissant d'une Géorgie au pouvoir autoritaire, aux élections douteuses, et encore passablement mafieuse.

De surcroît l'Europe et  notamment la France qui  du temps de Mitterand se sont alignées sur une Allemagne qui fut la toute première en 1991 à créer un  précédent en reconnaissant sans consulter ses pairs la déclaration unilatérale d'indépendance de ses anciens alliés de Slovénie et de Croatie ,  consacrant  l'éclatement de la Yougoslavie  avec ses  sanglantes conséquences, pourraient adopter un profil plus bas.

La Russie nouvelle n'est plus l'URSS agonisante: c'est non seulement  une des stars de la croissance mondiale, une nation  millénaire, fière de son passé fût il souvent  dramatique, mais  aussi un grand pays humilié profondément durant les années qui ont suivi la chute de l'URSS et qui aspire naturellement à retrouver son rang.

En réagissant à la provocation géorgienne, elle vient de signifier en clair à un  Occident amnésique et arrogant que le temps des humiliations s'achève : prenons en acte.L'Histoire nous enseigne que l'humiliation des grandes nations porte en germe bien des conflits.

Le monde se redessine et l'Amérique, quelle que soit la couleur de son nouveau Président, sera de moins en moins  en mesure d'imposer sa loi : prenons en acte également.

La France en tout premier, si elle veut retrouver une légitime influence sur le cours des choses c'est à dire dans l'esprit des peuples, doit se projeter dans cette nouvelle donne, non pas en marchant à reculons pour rejoindre  les supplétifs de l'OTAN, mais comme une nation indépendante oeuvrant pour la paix  en luttant contre le sentiment  grandissant d'assiégés des Russes préoccupés par l'extension de l OTAN  à leurs portes , et en restant à l'écart du bouclier anti missiles américain qui  nous garantit surtout l'assujetissement.

Loin de convoquer des sommets européens pour tenter de mettre la pression sur la Russie  alors que l'UE n'en a ni le début des moyens ni même n'y a intérêt, le France serait mieux inspirée d'oeuvrer pour une Europe plus compacte, et plus indépendante , ce qui suppose qu'elle reste d'abord elle même.

Depuis un an nous n'avons jamais été aussi éloignés  de cette volonté.

Tant dans cette affaire afghane que dans celle de la Géorgie, on voit bien que la politique extérieure de Mr Sarkozy n'est plus celle de la France, celle que le monde avait appris à écouter, mais celle d'un docile vassal atlantique que l'on croyait enterrée depuis la fin de la IVème Republique.



Katsumoto




 

Partager cet article

Repost 0
Published by katsumoto - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : FRANCE REBELLE
  • FRANCE REBELLE
  • : La FRANCE AUTREMENT Les articles de ce blog n'engagent que moi
  • Contact

Profil

  • Roger Franchino
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général  dans des multinationales ou des PMI .
Président Club de pensée France Rebelle.
Conseil National de Debout la  France
  • Diplômé EM Lyon, MBA York, 30 ans de carrière internationale en Europe, Asie, Amériques, comme cadre dirigeant /directeur général dans des multinationales ou des PMI . Président Club de pensée France Rebelle. Conseil National de Debout la France

L'ambition sans efficacité n 'est que faiblesse.

La démocratie sans participation n 'est que féodalité

Recherche